Contrôle social total : Tempête idéologique sous un crâne

mardi 12 mai 2015.
 

Vous avez la possibilité de télécharger gratuitement pour vos fêtes de fin d’année un très bon livre. Mais son contenu n’est pas sans risque pour votre moral !

En allant sur le site "Automates intelligents" situé à l’adresse :

http://www.automatesintelligents.co... vous pouvez vous offrir un cadeau de Noël gratuit ou des étrennes gratuites en téléchargeant un livre de 104 pages dont le titre est : Vers le système de contrôle total

C’est un ouvrage d’Alain Cardon.

C’est vers le milieu de la page que vous pouvez faire ce téléchargement dont l’adresse est : http://www.automatesintelligents.co...

Mais la lecture de ce livre ne va pas sans risques : je vais donc vous conter ce qui est arrivé à mon ami Octave Tempo qui a téléchargé ce livre un jour de décembre 2011 sur le site du PG de Midi-Pyrénées.

Le dialogue qui suit a donc lieu le 22 mars 2012, peu de temps avant les élections présidentielles de cette année-là.

Octave : - Oui, alors j’étais allé sur le site que tu m’as indiqué et j’avais cliqué sur l’adresse à côté de la flèche  :----- > http://www.automatesintelligents.co...

En regardant la table des matières, je compris tout de suite qu’il ne s’agissait pas d’un livre de yoga mais de quelque chose de moins réjouissant : le contrôle social total  !

- Alors tu as tout de même commencé à le lire ?

- Oui mais en rechignant : pas très gai le tableau !

- Et tu l’as lu dans quelles conditions ?

- C’est le genre de livre qu’il faut lire à la bougie aux environs du solstice d’hiver, c’est-à-dire à une époque où il y a peu d’ensoleillement, où le ciel est plombé et où la brume recouvre la campagne ! De la sorte, tu es complètement immergé dans l’ambiance glauque et lugubre du livre.

- Et quelle était ton impression en le lisant ?

- Au fur et à mesure de la lecture, j’avais l’impression d’être pris dans un étau aux nilles mâchoires, d’être prisonnier dans le tombeau de granit d’une pyramide égyptienne, …

- Ce n’est pas un livre détendant !

- Non ! J’avais la sensation d’être dans la situation d’un dormeur pris entre le sommeil et le réveil et qui ne peut pas bouger malgré sa volonté ! Page après page la peur s’amplifiait. Je ne sais quelle force morbide m’a poussé à continuer la lecture alors que l’angoisse devenait presque insupportable !

- À ce point ? Ce texte n’est peut-être que le fruit de l’imagination !

- Hélas non ! Une bonne partie du texte s’appuie sur des faits réels mais ce qui fait son point commun avec un rêve, c’est qu’il n’y ait pas d’échappatoire possible ! On ne s’échappe pas d’un rêve ! Ce livre est bien documenté et les chiffres cités sur la situation du monde s’abattent sur toi comme des grêlons : ils font mal !

- Si je comprends bien, tu avançais dans un tunnel de faim du monde en fin des mondes !

- Oui, un tunnel dont on ne voit pas le bout ! Un tunnel sans bout !

- Et alors ?

- À la fin du livre, j’ai perdu connaissance ! Je ne sais combien de temps : quelques minutes ! sans doute

Et lorsque je reprenais mes esprits, j’entendis deux phrases résonner dans ma tête enfiévrée : si "Qu’ ils s’en aillent tous ! Qu’ils s’en aillent tous ! " Elles semblaient émaner d’une lumière blanche qui flottait dans un tunnel, et derrière elle, une autre lueur blanche disait : "Nous on peut ! Nous on peut !"

- Ces lueurs blanches avaient des ailes ?

- Ah ! Ah ! Des anges ? Non ! il ne s’agit ici d’un état psychique situé entre le sommeil et éveil que l’on appelle parfois EMC (état modifié de la conscience)

- Puis rien d’autre ?

- Alors que j’entrouvais les yeux, j’entendis une voix rocailleuse me dire avec un net accent NPA : " Tu crois au sauveur, Octave ? !"

- Un accent NPA ?

- Oui, celui de la certitude ! Et puis, immédiatement après, j’ai cru voir un écran de télévision recouvert de parasites, comme cela a lieu quand on a débranché l’antenne. Apparut alors un visage hideux, fendu par un rictus, surmonté de deux cornes – le diable sans doute – mais BCBG qui aboyait : "Non ! Qu’ils restent ! Qu’ils restent ! Non ! Ils ne peuvent pas ! IIs ne peuvent pas ! Prenant ainsi à rebours ce que je venais d’entendre des lueurs blanches …

- Avec un accent ?

- Oui ! Tout à fait caractéristique des beaux quartiers parisiens !

- Bizarre, bizarre ! Tu interprètes tout ça comment ?

- La suite des événements répond à ta question ! Je me suis immédiatement souvenu de ce que m’avait dit un ami qui était passé me voir il y a un mois environ et il m’avait dit en substance : "tu devrais lire Qu’ils s’en aillent tous ! " et aussi "Nous on peut !" car tu comprendras alors qu’on peut sortir du tunnel !" Il parlait évidemment du marasme social actuel qui mine tous les esprits. Ce souvenir me redonne de la force.

Alors, obéissant en quelque sorte à mon inconscient, à une sorte d’instinct de survie, je me suis traîné vers le meuble où j’avais placé ces livres, à côté d’un catalogue de la Redoute, sans doute, et fébrilement j’ai saisi le livre de Béllenchon que je n’avais pas encore lu…

- Non ! Pas Béllenchon, mais Mélenchon !

- Tu sais, moi et la politique, ça fait deux ! … Ce gars-là, je l’ai jamais vu à la télé ni entendu à la radio ou peut-être une fois !

- Et l’autre, tu le connaissais ?

- Alors la je crois que c’est encore pire : aucune idée, je sais simplement qu’il appartient au BG d’après ce que m’a dit mon ami…

- Non ! Pas BG mais PG : ça veut dire Parti de Gauche et il n’a pas Bon Genre !

- Ouais, là c’est pareil : je n’avais pas lu le bouquin. Mais depuis, je les ai lus et relus tous les deux ! Et pour le coup, je suis dans un état modifié de conscience… politique !

- Finalement tu crois à l’inconscient !

- Que oui ! C’est lui qui domine ! Tu ne trouves pas qu’il faut que les Français soient particulièrement inconscients pour s’être dotés d’un pouvoir politique aussi calamiteux que le pouvoir actuel ?

- Ne sois pas pessimiste ! Peut-être que eux aussi entreverront la petite lueur blanche au sein des ténèbres !

- Ouais, tu as raison : depuis que je vois que le tunnel peut avoir un bout, ma belle-sœur m’a dit : "on dirait que tu as changé ces temps-ci : je trouve un Octave moins grave, moins sombre et je te trouve beaucoup plus dynamique : on dirait qu’on a changé de Tempo !" Elle m’a conseillé un petit livre pas cher, deux euros je crois, qui a un titre du genre : le programme populaire potager : l’humus d’abord ! Tiens je vais te le montrer, je l’ai mis à côté du catalogue jardinage…

- Encore un petit livre que tu n’as pas lu Octave : le bon titre c’est : le programme populaire partagé : l’humain d’abord !

- C’est exact, il faut que je lise !

- Hé oui ! C’est l’antidote contre le contrôle total ! Avoir une conscience politique, c’est bien ! Avoir une perspective politique alternative, c’est mieux !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message