Qui est Hervé Debonrivage ?

samedi 24 février 2018.
 

Réponse au message de Matthieu Agosta suite à l’article Réflexions sur le Socialisme néomoderne de Jacques Généreux (Ed. du Seuil) par H. Debonrivage

Bonjour Monsieur Debonrivage,

Je suis étudiant à l’Université de Bologne (Italie). J’ai lu plusieurs de vos articles, notamment celui intitulé "Le FN de Marine Le Pen cherche un vote d’adhésion".

J’ai trouvé vos analyses pertinentes et voulais vous citer dans une enquête que je réalise pour mon université sur la stratégie médiatique du Front National.

C’est pourquoi j’aurais voulu avoir plus d’informations vous concernant ? Qui êtes vous ? Quelle est votre position au sein du Front de Gauche ? Je ne trouve aucune information vous concernant sur internet.

Merci.

Cordialement.

Matthieu Agosta

Je suis rédacteur bénévole sur le site du PG Midi-Pyrénées et y rédige des articles en m’inscrivant dans la démarche d’une certaine tradition appelée "éducation populaire" ou "éducation citoyenne". J’essaie d’apporter sur des thématiques variés une réflexion fondée sur une certaine intelligence collective, d’où l’abondance des liens hypertexte qui existent dans la plupart de mes articles. C’est la raison pour laquelle je m’appuie souvent sur une multitude de sources d’information de supports variés. Il est donc normal que mon nom apparaît sur Internet toujours associé à ce site. Le lecteur peut disposer ainsi d’un matériau documentaire parfois important, d’outils conceptuels pour avoir une réflexion critique notamment sur la réalité sociale et politique. La multiplicité des outils utilisés évite ainsi tout dogmatisme et met à distance l’objet d’étude considéré. À aucun moment mon intention est de nuire mais simplement de comprendre.

Pour quiconque a lu mes articles, il est clair que mon option politique est du côté du Front de gauche et particulièrement du Parti de Gauche. Il m’est arrivé d’ailleurs à plusieurs reprises de défendre Jean-Luc Mélenchon contre différentes attaques médiatiques. Mais le Front de gauche est aussi pour moi un objet d’étude sociopolitique dont j’essaie de cerner les erreurs, les insuffisances mais aussi les aspects positifs.

Ma conception d’une société future plus juste et plus humaine coïncide avec celle décrite par Jacques Généreux dans son livre "Le socialisme néomoderne" devenu dans sa nouvelle édition "L’Autre société" (éditions du Seuil). Aucun rapport avec quelconque société collectiviste ou du tout marché, avec quelconque extrémisme. Il s’agit plutôt ici de la mise en œuvre d’une pensée de la juste mesure. Ce n’est donc pas par hasard que mon premier article a rendu compte de ce livre de facto censuré par les grands médias, car, à ma connaissance, ce livre n’a fait l’objet de la moindre publicité ou du moindre débat

C’est en découvrant, en revanche, par hasard, quelques mois après sa parution, dans une librairie d’une petite ville du Gard, que j’avais découvert son livre précédent : "La disociété." Je découvris alors une convergence totale avec ma propre démarche dans la manière d’aborder la philosophie politique et l’économie : une démarche multidisciplinaire intégrant notamment les apports des sciences humaines contemporaines et en particulier l’anthropologie.

Multiplicité aussi des outils économiques utilisés sans exclure l’approche marxiste lorsqu’elle s’avère fiable Et qui reste un outil particulièrement puissant d’analyse lorsqu’il a été remis à jour par le philosophe marxien Jacques Bidet, dont on ne trouvera évidemment pas les ouvrages en tête de gondole dans le rayon librairie des grandes surfaces et les halls de gare. C’est donc par Jacques Généreux et non par Mélenchon que j’ai découvert le Parti de Gauche.

Selon moi, le plus grand ennemi des peuples : c’est l’ignorance dont l’une des formes les plus redoutables et l’inculture politique et historique. Mais il faut en même temps toujours avoir àl’esprit que les outils que nous utilisons ne sont que des outils et non des temples de La pensée. Comme le dit le philosophe indien Krishnamurti protégeons "la lumière qui est en nous", c’est-à-dire notre capacité à raisonner, à réfléchir par nous même.

J’habite à 27 000 années-lumière du centre de notre galaxie sur la troisième planète, nommée Terre, d’un système planétaire centré sur une étoile de masse et de magnitude moyenne appelée Soleil. Je suis sans -domicile-fixe puisque ma galaxie fait un tour sur elle-même en 226 millions d’années à la vitesse moyenne de 254 kilomètres par seconde. Mon soleil entame donc sa vingt et unième révolution galactique depuis sa formation . Vraiment pas fixe car la Terre fait le tour du soleil avec une vitesse de 30 kilomètres par seconde (108 000 km/h) et elle tourne tourne sur elle-même avec une vitesse de 1670 km/ h au niveau de l’équateur.

Je fais partie d’une grande famille : celle des Homo sapiens sapiens qui a émergé il y a environ 3 millions d’années , construite sur un processus d’évolution biologique ayant duré 3,9 milliards d’années.Notre codification bio numérique est de type ADN. Dans la classification intergalactique des civilisations, nous faisons partie des espèces autodestructibles à faible durée de vie. Ma durée de vie individuelle est infinitésimale. Debonrivage est une entité psycho numérique éphémère perdue dans le cyberespace qui a atterri sur le site PG de Midi-Pyrénées après l’apparition il y a environ 2,5 millions d’années des premiers choppers. Ce site est un beau, un bon rivage de l’océan numérique. Il était parfaitement adapté pour Debonrivage.

Bien cordialement de Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message