Qui est assisté en France aujourd’hui ?

lundi 3 décembre 2018.
 

La France est fichue, disent tous les déclinologues instrumentés par le MEDEF et le gouvernement. Elle crève de n’accepter aucune réforme, de refuser la précarité, de se complaire dans l’assistanat. Bref, le peuple français est coupable de rejeter le modernisme. Entendez la mondialisation libérale.

Seulement il y a un petit hic à ce raisonnement ! Savez-vous quelle est la catégorie la plus assistée de France, eu égard à son nombre ? C’est le patronat, grand de préférence, à qui les gouvernements de droite, mais aussi de gauche, malheureusement, offrent ou ont offert des milliards d’euros sans contrôle, sous forme d’exonérations fiscales et sociales.

Quant à la précarité, cette forme soi-disant moderne et naturelle (comme l’amour, dit la médéfienne en chef) d’organisation sociale, ses chantres s’en prémunissent par tous les moyens.

Ainsi, avant même d’être engagés à la tête de telle ou telle entreprise, les futurs cadres-dirigeants négocient les conditions de leur départ, sous forme de stocks-options et d’indemnité de licenciement pharamineuse. Souvenez-vous de Jean-Marie Messier (Vivendi), de Philippe Jaffré (Elf) et de Daniel Bernard (Carrefour). Et ce, même quand leur entreprise, sous leur direction, enregistre de mauvais résultats.

Au fait, depuis l’aube des temps, les hommes ont toujours cherché à se prémunir de la précarité de la vie, par l’agriculture, pour ne plus subir les aléas de la cueillette, par l’élevage, moyen d’alimentation plus sûr que la chasse ou la pêche, par la recherche médicale, plus efficace que les remèdes de grand-mère ou des guérisseurs,.....

Alors, s’il te plaît, peuple ami de France, n’accepte plus de percevoir le RMI, les indemnités de chômage, dont tu dois d’ailleurs être un peu responsable, et consent à travailler sans aucune règle, et si possible sans salaire. Retrouve les joies de la cueillette, de la chasse, de la pêche, des remèdes de grand-mère. Tu en mourras en pleine jeunesse, mais notre chère vieille France sera guérie de ses maux. C’est sans doute ce que de Villepin appelle le « patriotisme économique ».

Robert Mascarell le 24 mars 2006


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message