14 février 1747 fondation de l’Ecole royale des ponts et chaussées

mercredi 15 février 2017.
 

Elle devient l’Ecole nationale des ponts et chaussées dès 1775. Cette grande école française a pour vocation la formation de cadres en ingénierie et en génie civil. C’est un outil au service de l’Etat. Celui-ci prend ainsi le contrôle sur la construction des routes, des ponts, l’un des éléments de la centralisation du pouvoir, prérogative auparavant partagée avec les seigneurs locaux ou les ordres monastiques.

Sous la Révolution et l’Empire, les enseignements et les objectifs de l’école sont modifiés pour répondre aux attentes des nouveaux régimes, mais aussi pour faire face à l’apparition de nouvelles technologies. L’industrialisation galopante révolutionne la société. Il en va de même des transports (chemin de fer, bateaux à vapeur, ...). L’école doit s’adapter.

Depuis la Révolution, les élèves sont issus de l’école Polytechnique. Mais un décret de 1851 élargit le recrutement. Une telle école s’inscrit dans un objectif de méritocratie républicaine. La IIIème République est un système qui repose sur l’idée que la justice doit permettre de diminuer les inégalités sociales en laissant jouer seulement les inégalités naturelles. La méritocratie républicaine fondée sur la compétition des seuls talents trouve naturellement sa place dans ce dispositif. Des classes préparatoires sont instituées pour améliorer le niveau des élèves accédant à l’école.

Depuis 2001, les missions de maîtrise d’œuvre exercées par les services de l’État sont soumises aux mêmes règles de concurrence que celles des bureaux d’études privés. Par conséquence, les collectivités territoriales ont désormais beaucoup moins recours aux ingénieurs des services publics. L’école a elle aussi subit de plein fouet le recul de l’engagement de l’Etat dans les grands travaux d’aménagement du territoire et nombre d’élèves délaissent la fonction publique pour pantoufler dans les grandes entreprises privées. Il est nécessaire de rendre tout son rôle à l’Etat dans le génie civil et de lutter contre les collusions entre grandes écoles publiques et entreprises privées.

Par Patrice Perdereau le mardi 14 février 2012


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message