Joie, bonheur : Poèmes et chansons

mercredi 23 octobre 2019.
 

En me réveillant ce matin, je venais de rêver un jour de bonheur, une maison de bonheur, un monde de bonheur. Je me décidai alors à présenter une petite anthologie de chansons et de de poèmes sur ce thème.

Pour les chansons, me venaient en tête quelques unes des années 1968. Les voici ci-dessous.

Quant aux poèmes, leurs sources de bonheur sont bien plus traditionnelles : l’amour et sa volatilité, le couple, la maison, la foi religieuse, la nature. Je vous les présente également ci-dessous en espérant qu’une nouvelle poussée d’espérance de la jeunesse apporte de nouveaux vers sur de nouveaux thèmes.

- A) Une allée du Luxembourg. Gérard de NERVAL (1808-1855)
- B) Toi (Esther Granek)
- C) Le bonheur est partout (MAURICE CARÊME)
- D) Le bonheur de ce monde (CHRISTOPHE PLANTIN)
- E) Le Bonheur en couple (Emile Verhaeren)
- F) Bonheur (Violette Rieder)
- G) Voeux simples (Cécile Sauvage)
- H) Un rêve de bonheur… (François Coppée)
- I) Le bonheur par la foi religieuse (Jean Racine)
- J) LE CANCRE (Jacques Prévert)

A) Chansons bonheur

« Happy Together » des Turtles (1967)

https://www.youtube.com/watch?v=Zv8...

« Monday Monday« , par The Mamas & the Papas

https://www.youtube.com/watch?v=h81...

La Maison du Bonheur (Francis Lalanne)

https://www.youtube.com/watch?v=HtI...

Tout le bonheur du monde (SINSEMILIA)

https://www.youtube.com/watch?v=W—...

Le pouvoir des fleurs (Laurent Voulzy)

https://www.youtube.com/watch?v=UDi...

Hervé Vilard - Il Faut Croire en Demain

https://www.youtube.com/watch?v=Ld_...

"La Vie en rose" (Edith Piaf)

https://www.youtube.com/watch?v=rze...

B) Bonheur, Poèmes

B1) Une allée du Luxembourg. Gérard de NERVAL (1808-1855)

Elle a passé, la jeune fille

Vive et preste comme un oiseau

À la main une fleur qui brille,

À la bouche un refrain nouveau.

*

C’est peut-être la seule au monde

Dont le coeur au mien répondrait,

Qui venant dans ma nuit profonde

D’un seul regard l’éclaircirait !

*

Mais non, - ma jeunesse est finie ...

Adieu, doux rayon qui m’as lui, -

Parfum, jeune fille, harmonie...

Le bonheur passait, - il a fui !

B2) Toi (Esther Granek)

Toi c’est un mot

Toi c’est une voix

Toi c’est tes yeux et c’est ma joie

*

Toi c’est si beau

Toi c’est pour moi

Toi c’est bien là et je n’y crois

*

Toi c’est soleil

Toi c’est printemps

Toi c’est merveille de chaque instant

*

Toi c’est présent

Toi c’est bonheur

Toi c’est arc-en-ciel dans mon coeur

*

Toi c’est distant…

Toi c’est changeant…

Toi c’est rêvant et esquivant…

*

Toi c’est pensant…

Toi c’est taisant…

Toi c’est tristesse qui me prend…

*

Toi c’est fini.

Fini ? Pourquoi ?

Toi c’est le vide dans mes bras…

Toi c’est mon soleil qui s’en va…

Et moi, je reste, pleurant tout bas.

Esther Granek, Ballades et réflexions à ma façon, 1978

B3) Le bonheur est partout (MAURICE CARÊME)

Le bonheur est partout

*

Une table en bois blanc,

Une pomme et un couteau ;

A travers le carreau,

Un grand champ de froment.

*

Tu te tournes à droite,

Le bonheur est à droite ;

Tu te tournes à gauche,

Le bonheur est à gauche.

*

Inutile, je crois,

De demander pourquoi.

Pas plus que toi, l’horloge

Que le temps interroge

N’élève ici la voix.

B4) Le bonheur de ce monde (CHRISTOPHE PLANTIN)

Avoir une maison commode, propre et belle,

Un jardin tapissé d’espaliers odorants,

Des fruits, d’excellent vin, peu de train, peu d’enfance,

Posséder seul sans bruit une femme fidèle.

*

N’avoir dettes, amour, ni procès, ni querelle,

Ni de partage à faire avecque ses parents,

Se contenter de peu, n’espérer rien des Grands,

Régler tous ses desseins sur un juste modèle.

*

Vivre avecque franchise et sans ambition,

S’adonner sans scrupule à la dévotion,

Dompter ses passions, les rendre obéissantes.

*

Conserver l’esprit libre et le jugement fort,

Dire son chapelet en cultivant des entes,

C’est attendre chez soi bien doucement la mort.

B5) Le Bonheur en couple (Emile Verhaeren)

Voici quinze ans déjà que nous pensons d’accord ;

Que notre ardeur claire et belle vainc l’habitude,

Mégère à lourde voix, dont les lentes mains rudes

Usent l’amour le plus tenace et le plus fort.

*

Je te regarde, et tous les jours je te découvre,

Tant est intime ou ta douceur ou ta fierté :

Le temps, certe, obscurcit les yeux de ta beauté,

Mais exalte ton coeur dont le fond d’or s’entr’ouvre.

*

Tu te laisses naïvement approfondir,

Et ton âme, toujours, paraît fraîche et nouvelle ;

Les mâts au clair, comme une ardente caravelle,

Notre bonheur parcourt les mers de nos désirs.

*

C’est en nous seuls que nous ancrons notre croyance,

A la franchise nue et la simple bonté ;

Nous agissons et nous vivons dans la clarté

D’une joyeuse et translucide confiance.

*

Ta force est d’être frêle et pure infiniment ;

De traverser, le coeur en feu, tous chemins sombres,

Et d’avoir conservé, malgré la brume ou l’ombre,

Tous les rayons de l’aube en ton âme d’enfant.

Émile Verhaeren, Les Heures d’après-midi

B6) Bonheur (Violette Rieder)

La lumière est sur nous comme un buisson d’abeilles,

En nous vibre une vaste et vermeille rumeur,

Le monde recommence où nos âmes pareilles

Vont piller les vergers du bonheur :

*

Ce que les coeurs puissants ont rêvé de saisir,

La vie épanouie en gerbe jusqu’aux cimes,

La tendresse, l’éclair, les regrets, le désir,

Quels astres, quelles fleurs ! fût-ce au bord des abîmes.

B7) Voeux simples (Cécile Sauvage)

Vivre du vert des prés et du bleu des collines,

Des arbres racineux qui grimpent aux ravines,

Des ruisseaux éblouis de l’argent des poissons ;

Vivre du cliquetis allègre des moissons,

Du clair halètement des sources remuées,

Des matins de printemps qui soufflent leurs buées,

Des octobres semeurs de feuilles et de fruits

Et de l’enchantement lunaire au long des nuits

Que disent les crapauds sonores dans les trèfles.

Vivre naïvement de sorbes et de nèfles,

Gratter de la spatule une écuelle en bois,

Avoir les doigts amers ayant gaulé des noix

Et voir, ronds et crémeux, sur l’émail des assiettes,

Des fromages caillés couverts de sarriettes.

Ne rien savoir du monde où l’amour est cruel,

Prodiguer des baisers sagement sensuels

Ayant le goût du miel et des roses ouvertes

Ou d’une aigre douceur comme les prunes vertes

À l’ami que bien seule on possède en secret.

Ensemble recueillir le nombre des forêts,

Caresser dans son or brumeux l’horizon courbe,

Courir dans l’infini sans entendre la tourbe

Bruire étrangement sous la vie et la mort,

Ignorer le désir qui ronge en vain son mors,

La stérile pudeur et le tourment des gloses ;

Se tenir embrassés sur le néant des choses

Sans souci d’être grands ni de se définir,

Ne prendre de soleil que ce qu’on peut tenir

Et toujours conservant le rythme et la mesure

Vers l’accomplissement marcher d’une âme sûre.

Voir sans l’interroger s’écouler son destin,

Accepter les chardons s’il en pousse en chemin,

Croire que le fatal a décidé la pente

Et faire simplement son devoir d’eau courante.

Ah ! vivre ainsi, donner seulement ce qu’on a,

Repousser le rayon que l’orgueil butina,

N’avoir que robe en lin et chapelet de feuilles,

Mais jouir en son plein de la figue qu’on cueille,

Avoir comme une nonne un sentiment d’oiseau,

Croire que tout est bon parce que tout est beau,

Semer l’hysope franche et n’aimer que sa joie

Parmi l’agneau de laine et la chèvre de soie.

Cécile Sauvage, Tandis que la terre tourne

B8) Un rêve de bonheur… (François Coppée)

Un rêve de bonheur qui souvent m’accompagne,

C’est d’avoir un logis donnant sur la campagne,

Près des toits, tout au bout du faubourg prolongé,

Où je vivrais ainsi qu’un ouvrier rangé.

C’est là, me semble-t-il, qu’on ferait un bon livre.

En hiver, l’horizon des coteaux blancs de givre ;

En été, le grand ciel et l’air qui sent les bois ;

Et les rares amis, qui viendraient quelquefois

Pour me voir, de très loin, pourraient me reconnaître,

Jouant du flageolet, assis à ma fenêtre.

François Coppée

B9) Le bonheur par la foi religieuse (Jean Racine)

SUR LE BONHEUR DES JUSTES, ET SUR LE MALHEUR DES REPROUVES

Heureux, qui de la Sagesse

Attendant tout son secours,

N’a point mis en la Richesse

L’espoir de ses derniers jours.

La mort n’a rien qui l’étonne ;

Et dès que son Dieu l’ordonne,

Son âme prenant l’essor

S’élève d’un vol rapide

Vers la demeure, où réside

Son véritable trésor.

*

De quelle douleur profonde

Seront un jour pénétrés

Ces insensés, qui du monde,

Seigneur, vivent enivrés ;

Quand par une fin soudaine

Détrompés d’une ombre vaine,

Qui passe, et ne revient plus,

Leurs yeux du fond de l’abîme

Près de ton trône sublime

Verront briller tes Elus !

*

Infortunés que nous sommes,

Où s’égaraient nos esprits ?

Voilà, diront-ils, ces hommes,

Vils objets de nos mépris,

Leur sainte et pénible vie

Nous parut une folie.

Mais aujourd’hui triomphants,

Le Ciel chante leur louange,

Et Dieu lui-même les range

Au nombre de ses Enfants.

*

Pour trouver un bien fragile

Qui nous vient d’être arraché,

Par quel chemin difficile

Hélas ! nous avons marché !

Dans une route insensée

Notre âme en vain s’est lassée,

Sans se reposer jamais,

Fermant l’oeil à la lumière,

Qui nous montrait la carrière

De la bien-heureuse Paix.

*

De nos attentats injustes

Quel fruit nous est-il resté ?

Où sont les titres augustes,

Dont notre orgueil s’est flatté ?

Sans amis, et sans défense,

Au trône de la vengeance

Appelés en jugement,

Faibles et tristes victimes

Nous y venons de nos crimes

Accompagnés seulement.

*

Ainsi d’une voix plaintive

Exprimera ses remords

La Pénitence, tardive

Des inconsolables Morts.

Ce qui faisait leurs délices,

Seigneur, fera leurs supplices.

Et par une égale loi,

Tes Saints trouveront des charmes

Dans le souvenir des larmes

Qu’ils versent ici pour toi.

Jean Racine, Cantiques spirituels

B10) LE CANCRE (Jacques Prévert)

C) Joie, Poèmes

C1) La joie ( Émile VERHAEREN)

Oh ces larges beaux jours dont les matins flamboient !

La terre ardente et fière est plus superbe encor

Et la vie éveillée est d’un parfum si fort

Que tout l’être s’en grise et bondit vers la joie.

*

Soyez remerciés, mes yeux,

D’être restés si clairs, sous mon front déjà vieux,

Pour voir au loin bouger et vibrer la lumière ;

Et vous, mes mains, de tressaillir dans le soleil ;

Et vous, mes doigts, de vous dorer aux fruits vermeils

Pendus au long du mur, près des roses trémières.

*

Soyez remercié, mon corps,

D’être ferme, rapide, et frémissant encor

Au toucher des vents prompts ou des brises profondes ;

Et vous, mon torse droit et mes larges poumons,

De respirer, au long des mers ou sur les monts,

L’air radieux et vif qui baigne et mord les mondes,

*

Oh ces matins de fête et de calme beauté !

Roses dont la rosée orne les purs, visages,

Oiseaux venus vers nous, comme de blancs présages,

Jardins d’ombre massive ou de frêle clarté !

*

A l’heure où l’ample été tiédit les avenues,

Je vous aime, chemins, par où s’en est venue

Celle qui recélait, entre ses mains, mon sort ;

Je vous aime, lointains marais et bois austères,

Et sous mes pieds, jusqu’au tréfonds, j’aime la terre

Où reposent mes morts.

*

J’existe en tout ce qui m’entoure et me pénètre.

Gazons épais, sentiers perdus, massifs de hêtres,

Eau lucide que nulle ombre ne vient ternir,

Vous devenez moi-même étant mon souvenir.

*

Ma vie, infiniment, en vous tous se prolonge,

Je forme et je deviens tout ce qui fut mon songe ;

Dans le vaste horizon dont s’éblouit mon oeil,

Arbres frissonnants d’or, vous êtes mon orgueil ;

Ma volonté, pareille aux noeuds dans votre écorce,

Aux jours de travail ferme et sain, durcit ma force.

*

Quand vous frôlez mon front, roses des jardins clairs,

De vrais baisers de flamme illuminent ma chair ;

Tout m’est caresse, ardeur, beauté, frisson, folie,

Je suis ivre du monde et je me multiplie

Si fort en tout ce qui rayonne et m’éblouit

Que mon coeur en défaille et se délivre en cris.

*

Oh ces bonds de ferveur, profonds, puissants et tendres

Comme si quelque aile immense te soulevait,

Si tu les as sentis vers l’infini te tendre,

Homme, ne te plains pas, même en des temps mauvais ;

Quel que soit le malheur qui te prenne pour proie,

Dis-toi, qu’un jour, en un suprême instant,

Tu as goûté quand même, à coeur battant,

La douce et formidable joie,

Et que ton âme, hallucinant tes yeux

Jusqu’à mêler ton être aux forces unanimes,

Pendant ce jour unique et cette heure sublime,

T’a fait semblable aux Dieux.

C2) La joie (René-François Sully Prudhomme)

Pour une heure de joie unique et sans retour,

De larmes précédée et de larmes suivie,

Pour une heure tu peux, tu dois aimer la vie :

Quel homme, une heure au moins, n’est heureux à son tour ?

*

Une heure de soleil fait bénir tout le jour,

Et quand ta main serait tout le jour asservie,

Une heure de tes nuits ferait encore envie

Aux morts, qui n’ont plus même une nuit pour l’amour.

*

Ne te plains pas, tu vis ! Plus grand que misérable !

Et l’univers, jaloux de ton cœur vulnérable,

Achèterait la joie au même prix que lui ;

*

Pour la goûter, si peu que cette ivresse dure,

Les monts accepteraient l’éternelle froidure,

L’Océan l’insomnie, et les déserts l’ennui.

Recueil : Les épreuves (1866)


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message