14 juin 1982 : fin de la guerre des Malouines

lundi 15 juin 2020.
 

Le 14 juin 1982, les troupes britanniques débarquent à Port-Stanley sur l’archipel des Malouines ou Falkland Islands en anglais et en chassent les Argentins. C’est la fin de la guerre des Malouines.

Ces îles découvertes en 1592 par le navigateur anglais John Davis ont rapidement été disputées entre impérialismes occidentaux. La forte présence des navigateurs bretons de St-Malo dans leurs eaux, autour de 1700 leur donne le nom d’îles Malouines. Et si la France les revendique en premier elles sont occupées à partir de 1766 par les Anglais qui en comprennent l’importance stratégique. Elles sont par la suite cédées par la France à l’Espagne en 1767 en l’échange de la promesse qu’elles soient physiquement occupées et que les anglais ne puissent en prendre possession. Cependant par la suite, les Malouines restent quasiment inhabitées. Après l’indépendance de l’Argentine en 1816, le pays reprend à son compte les revendications espagnoles sur ces îles. Il y installe notamment une colonie pénitentiaire en 1832. Mais en 1833, une canonnière britannique chasse les autorités argentines. Le Royaume-Uni conquiert à nouveau l’archipel et y implante progressivement des colons. Malgré cela, l’Argentine maintient le principe de sa souveraineté.

Après l’arrivée au pouvoir du général Leopoldo Galtieri, l’Argentine envahit les îles à l’aube du 2 avril 1982. En pleine guerre froide, la junte du général Leopoldo Galtieri est l’alliée des États-Unis. Elle participe à la lutte contre les guérillas en Amérique centrale. Elle table de ce fait sur une neutralité bienveillante de Washington, qui permettrait une issue diplomatique à la crise, sous l’égide de l’ONU. Mais c’est sans compter la première ministre britannique, Margaret Thatcher, qui écarte toute possibilité de négociation et qui expédie une flotte récupérer les îles, contraignant Washington à la soutenir.

72 jours de combats et la mort de 250 Britanniques et 750 Argentins ont d’importantes conséquences politiques dans les deux pays belligérants. Déjà minée par la crise économique et par les multiples atteintes aux droits de l’homme qu’elle a perpétrées, la dictature argentine ne survit que quelques mois à cet échec qui explique, en partie, la transition démocratique de 1983. De son côté, considérée comme la restauratrice du prestige international de la Grande-Bretagne, Margaret Thatcher assoit davantage encore son pouvoir et sa réputation de « Dame de fer ».

Aigline de Causans


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message