Jean XXIII, pape de Vatican 2

dimanche 1er avril 2018.
 

Vatican 2 est le seul concile progressiste dans l’histoire de l’Eglise depuis celui de Nicée. Ce tournant, peut-être conjoncturel, doit beaucoup au pape Jean XXIII.

A) Jean Roncalli, un religieux soucieux de l’ancrage de l’Eglise dans un monde en évolution permanente

Ordonné prêtre le 10 août 1904, plusieurs épisodes de son histoire personnelle le prédisposait à une initiative aussi hardie pour l’Eglise catholique que le concile Vatican 2 :

- son origine sociale (des parents petits métayers élevant leurs 12 enfants),

- son engagement de la fin du 19ème contre les cléricaux royalistes qui refusaient le nouvel Etat italien,

- son lien d’amitié avec Ernesto Buanaiuti (théologien catholique excommunié dont les oeuvres ont été mises à l’index par le Saint Siège, radié de l’enseignement par Mussolini pour avoir refusé de prêter le serment fasciste...),

- son statut de secrétaire de Mgr Tedeschi qui participe au cercle du cardinal Rampolla (progressiste en lien avec la franc-maçonnerie),

- son opposition feutrée mais conséquente (conférence publique du 4 décembre 1907) à l’intégrisme de saint Pie X et à l’encyclique Pascendi,

- le fond moderniste de ses cours d’histoire au séminaire de Bergame

- sa participation aux préoccupations pacifistes italiennes et son soutien aux initiatives de l’Eglise durant la Première guerre mondiale

- suite à un sermon antifasciste en 1924, le voilà été éloigné de Rome (vingt ans en Bulgarie et Turquie).

- archevêque, nommé nonce apostolique à Paris le 6 octobre 1944, son premier discours hérisse le catholicisme français encore marqué par le pétainisme «   La France reprend ainsi sa traditionnelle physionomie et sa place qui lui revient parmi les nations.   »

B) 28 octobre 1958 : Jean Roncalli est élu pape

A un mois de ses 77 ans, il accède au sommet de la pyramide catholique.

Cette élection est le fruit :

- de la nécessité pour la papauté de tourner la page de ses longues sympathies fascistes des années 1920 à 1944.

- du petit nombre de cardinaux en 1958 et de l’intense activité de Jean Roncalli durant tout le mois d’octobre pour gagner des appuis parmi eux.

- de la roublardise habituelle de Jean Roncalli. Confronté à l’opposition des conservateurs, il reçoit dans sa chambre à la veille du onzième scrutin, les cardinaux Ruffini, archevêque de Palerme, et Ottaviani, préfet du Saint-Office, qui paraissent le convaincre de la nécessité d’un concile pour condamner les erreurs modernes. Le lendemain, ils feront voter pour lui.

Une fois élu, il ordonne 23 nouveaux cardinaux, modifiant sensiblement l’équilibre des forces.

C) 25 janvier 1959 Vers un concile oecuménique

Le 25 janvier 1959, le nouveau pape annonce publiquement sa volonté de convoquer un concile œcuménique. Durant toute l’année, la Curie romaine, largement dominée par les conservateurs, s’attelle à la préparation de l’initiative. Jean XXIII la laisse s’agiter mais prépare les conditions d’un aggiornamento, en particulier :

- en levant l’interdit du Saint Siège au rapprochement de démocrates chrétiens avec le Parti Communiste Italien

- en publiant son encyclique Mater et Magistra (15 juillet 1961) sur la question sociale

- en réunissant régulièrement ses proches comme les cardinaux Suenens (primat de Belgique), Béa (Allemagne), Montini (Milan)...

- en créant un Secrétariat pour l’unité chrétienne, largement ouvert à de jeunes théologiens progressistes qui vont influer sur la préparation du concile

- en arbitrant en faveur des quelques éléments avant-gardistes dans la préparation des textes malgré l’orientation nettement réactionnaire d’environ 76% des évêques (consultation écrite)

Deux évènements vont également peser avant l’ouverture du concile :

- d’une part le décès du cardinal Tardini, animateur des conservateurs, secrétaire d’Etat (dirigeant de la Curie) et responsable de la Commission centrale de préparation

- d’autre part, la connaissance par le pape de son cancer (23 septembre 1962) qui lui laisse au maximum un an à vivre. Il doit donc précipiter les évènements.

D) Le concile Vatican 2 débute

11 octobre 1962 Le concile Vatican 2 s’ouvre...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message