Sur Carla Bruni et l’éducation (forums)

samedi 26 octobre 2019.
 

Messages sur notre site critiquant Brigitte Blang et réponses de Brigitte : Ça s’appelle simplement y croire.

1) Message de Marcelle Mazet en Réponse à l’article de Brigitte Blang Lettre à Nicolas Sarkozy, un homme qui n’aime pas les femmes

mme Blang,bonjour.

Qu’il est triste de vous lire ,Madame....et qu’il fait sombre dans votre tête......je vous sens intelligente, d’une intelligence peu commune.. mais vous ne savez pas l’exploiter....

Que vous détestiez notre Président,c’est votre droit le plus strict ;nous sommes libres ...mais ,s’il vous plait , honnêtement, seriez vous franchement plus heureuse de voir ce couple mal habillé ? Peut etre pensez vous qu’il serait plus représentatif des petites gens que nous sommes,c’est ça ?

Allez, mettez du rose dans votre tête et soyez fière de nos représentants et dite vous bien ceci :vous feriez comme eux à leur place ....alors ,méfiez vous de la jalousie :elle rend aveugle et méchant....vous avez ma sympathie,Madame.

Mazet Marcelle

2) Réponse de Brigitte Blang à Marcelle Mazet

Contrairement à ce que vous pensez, madame Marcelle, la beauté de Carla Bruni m’émeut, cette jeune femme radieuse et en effet " si bien habillée" ( !!!) est un hymne au bon goût français. Ayant été élevée dans un atelier de couture, où on cultivait l’art de l’ourlet et la reproduction des grands couturiers, les mots chic, classe, élégance et soie sauvage ne me sont pas étrangers. Mais que cette superbe fille ait pu choisir ce type me questionne... Et je me demande bien souvent qui des deux a choisi l’autre. À partir de là, oui, chacun est bien libre après tout de dormir avec qui il veut (et plus si affinités !...) et de le faire savoir. Là n’est pas mon propos. Mon propos, il est dans le refus de l’ostentation, de la main aux fesses en public, de l’épouse produite comme un trophée. Voilà où est mon propos. Il n’y a pas une once de jalousie là-dedans, croyez-le. Je pense être au moins aussi bien habillée qu’elle, même si, indiscutablement, je suis infiniment moins bien déshabillée.

3) Message de Marcelle Mazet en réponse à l’article de Brigitte Blang Debout là-dedans ! Lettre à un gars qui se lève tôt

Mon amie BRIGITTE FERAIT MIEUX DE FAIRE EN SORTE QUE NOS CHARMANTS BAMBINS RENTRENT EN 6 EME EN SACHANT LIRE ! de toute évidence vous ne vous remettez pas en question,ben voyons !!!!!vous détenez la vérité ,bien sûr !!!!! Vous ne dites pas ,au cours de votre monologue,qu’il y a eu plus de nationalisation quand votre gentille gauche était au pouvoir ......ma grande entreprise ,c’est Mr Paul Quilès qui l’a mise à genoux alors qu’on avait viré Mr gérard longuet qui voulait faire la même chose !!!!!!!!!!!!!vos oeillères ,vous pouvez les retirer et vous verrez des choses !!!!!!la pensée unique : berkkkkkkkk

4) Réponse de Brigitte Blang

D’abord, « l’amie Brigitte », elle n’est pour rien dans la misère de l’école primaire, puisqu’elle intervient au collège, c’est bête, non ? Mais elle sait bien que ceux qui se relaient en amont ont tous l’âme chevillée au corps et font de foutus miracles avec leurs moyens en peau de chagrin. Ensuite, elle essaie de faire au mieux, elle aussi, avec les petits qu’on lui livre, tout chaud du CM2.

Et puis, elle sait très bien que les années Mitterrand n’ont pas été jonchées de pétales de roses tous les jours, même que c’est pour ça qu’elle milite encore et toujours, ici et maintenant, si on préfère... Mais elle sait aussi qu’en dépit des fâcheux, la gauche ce sera toujours mieux que la droite, qu’elle préfèrera toujours un Jack Lang (mais si !) à l’éducation nationale qu’un Darcos, que les coudées étaient plus franches « en ce temps-là », qu’on pouvait travailler autrement sans tracasseries excessives, et que lorsque vraiment le ministre « socialiste » attigeait trop, on le faisait savoir, et c’était pris en compte, qu’on se souvienne du malheureux épisode Allègre ; aujourd’hui, c’est un tout petit peu une autre chanson.

Mais que « l’ami Lariflette » (ou p’tét bien Larirette-larirè-ète !) se rassure, droite ou gauche aux manettes, la petite prof de cambrousse a toujours eu à cœur de boucler ses programmes tout en baladant les chers petits, en leur montrant leur si beau pays, en leur apprenant, à travers les vitres du TGV et des bus parisiens l’histoire de leur capitale, et ses hoquets aussi, et ses révoltes, et même dis donc, ses révolutions. Et tant pis si ce n’est pas correct. Chaque matin, elle part au collège l’enthousiasme vissé au cartable, et tous les soirs en rentrant, elle se dit qu’elle aurait peut-être dû traiter ça comme ci plutôt que comme ça. Précisions, pour la remise en question...

Bientôt on fera sans elle, et ce sera très bien aussi. Mais jamais personne ne me fera taire. Sarkozy représente tout ce qui me révulse. Le degré zéro de la politique et de la culture. Alors, je le dis. Plus ou moins bien. Je ne suis pas écrivain. Mais je le dis, et le dirai aussi longtemps que mes doigts pourront taper sur un clavier ou griffonner un morceau de papier... ou de mur. Ça s’appelle simplement y croire.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message