5 octobre 1455 : le Pape Nicolas V appelle à l’esclavage des païens par la bulle Romanus Pontifex

mercredi 20 novembre 2019.
 

L’Église et l’esclavage : une relation ambigüe

8 Janvier 1454 : l’Église catholique et le Pape Nicolas V bénissent l’esclavage et la traite négrière !

La papauté appuie l’asservissement du monde comme une croisade religieuse

Dès 1420, les Portugais se lancent à la conquête des mers, Henri le navigateur se prévalant d’une bulle de Martin V qui l’autorisait à asservir toutes les populations pouvant être conquises par les Portugais.

Le Pape Eugène IV accorde au Portugal, et spécialement à son prince Henri le Navigateur le titre de propriété de toutes les terres au-dessus du Sénégal.

Le 16 juin 1452 le bref Divino amore communiti, délivré par le pape Nicolas V à Alphonse V de Portugal complète cette disposition : « Les royaumes, duchés, comtés, principautés, et autres domaines, terres, lieux, camps, en possession des susdits Sarrasins, païens, infidèles et ennemis du Christ [...] par l’autorité apostolique, nous vous conférons la pleine et libre faculté de les envahir, conquérir, emporter et subjuguer, et de réduire en perpétuelle servitude les personnes qui y habitent. » Ce texte papal appliquait pour l’essentiel les théories des Prieurs de Florence d’après lesquels "il fallait entendre par infidèle toute personne venue de la terre des infidèles, en sorte que devait être considéré comme tel, l’esclave venu d’une terre infidèle, même s’il était déjà baptisé à son arrivée dans la terre où il devait servir" ( Les positions des papes face au problème de l’esclavage et de la traite, Hélène Vignaux)

Aux yeux de l’Église, il n’existe sur Terre que deux sortes de gens à savoir les chrétiens et les païens. Toute personne non chrétienne était païenne. Les Noirs étaient donc des païens. L’Eglise avait pris une position hostile envers ces créatures sauvages, sans âme et possédées des diables. Tuer l’un d’eux équivalait à abattre une bête sauvage. Après la chute de Constantinople en 1453, le Pape Nicolas V autorisa officiellement le roi du Portugal à faire de tous les "Noirs" – donc des "païens" – des esclaves, à saisir leurs biens puisqu’ils sont les ennemis du Christ !

Les bulles esclavagistes du pape Nicolas V

Le 8 janvier 1454, le pape Nicolas V précise tout cela dans une bulle aussi célèbre que catastrophique pour les personnes qui vont subir la traite négrière et l’esclavage.

" Nous avions jadis, par de précédentes lettres, concédé au Roi Alphonse du Portugal, entre autres choses, la faculté pleine et entière d’attaquer, de conquérir, de vaincre, de réduire et de soumettre tous les sarrasins (c’est-à-dire les Africains), païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient, avec leurs royaumes, duchés, principautés, domaines, propriétés, meubles et immeubles, tous les biens par eux détenus et possédés, de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle, (...) de s’attribuer et faire servir à usage et utilité ces dits royaumes, duchés, contrés, principautés, propriétés, possessions et biens de ces infidèles sarrasins (Africains) et païens...

Beaucoup de Guinéens et d’autres Noirs qui avaient été capturés, certains aussi échangés contre des marchandises non prohibées ou achetées sous quelque autre contrat de vente régulier, furent envoyés dans les dits Royaumes ".

En octobre 1455, il va plus loin, se déplaçant lui-même à Lisbonne pour faire lecture publique de la bulle Romanus Pontifex.

Cette bulle papale est donc lue par le pape à Lisbonne au moment où le Portugal est le premier royaume européen à se lancer massivement dans la conquête coloniale et le commerce des esclaves.

Elle appelle « à soumettre tous les Sarrasins et les Païens et les autres ennemis (du Christ) où qu’ils se trouvent [...] et de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle. »

« Le Pontife romain, successeur du porteur de clé du royaume des cieux et vicaire de Jésus Christ... ordonne et dispose fermement, après soigneuse délibération, ces choses qu’il lui semble être agréables à sa Divine Majesté, et par lesquelles il peut amener les brebis qui lui sont confiées par Dieu dans l’unique bercail divin... Nous croyons que ceci peut plus certainement s’accomplir, avec l’aide de Dieu, si nous accordons les faveurs adéquates et les grâces spéciales à ces rois et princes Catholiques qui, comme des athlètes et des champions intrépides de la foi Catholique, comme nous le savons par évidence des faits, non seulement limitent les excès sauvages des Sarrasins et d’autres infidèles, ennemis du nom Chrétien, mais qui aussi, pour la défense et l’expansion de la foi, les combattent ainsi que leurs royaumes et leurs domaines, bien qu’ils soient situés dans les contrées les plus reculées qui nous sont inconnues...

Nous, pesant toutes choses avec la réflexion appropriée, et notant que depuis que nous avions autrefois, par des lettres précédentes de notre part, concédé au Roi Alphonse (du Portugal) et à ses successeurs, entre autres choses, la pleine et entière faculté d’attaquer, de rechercher, de capturer, de vaincre, de soumettre tous les Sarrasins et les Païens et les autres ennemis (du Christ) où qu’ils se trouvent [...] et de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle (illorumque personnas in perpetuam servitudinem redigendi) et de s’attribuer, pour lui-même et ses successeurs, les Royaumes, Duchés, Comtés, Principautés, Domaines, possessions et biens, et de les convertir à leur usage et à leur profit et que, ayant sécurisé cette faculté, le dit Roi Alphonse, ou par son autorité, l’Infante sus-nommé, ont acquis justement et légalement et possèdent et ont fait l’acquisition de ces îles, terres, ports et mers et que ceux-ci appartiennent de plein droit au dit Roi Alphonse, à ses héritiers et successeurs. »

Bibliographie complémentaire

http://dp.mariottini.free.fr/esclav...

https://www.prionseneglise.fr/texte...


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message