Principes sociaux du christianisme, peuple et royauté (Karl Marx)

mercredi 7 octobre 2009.
 

... Outre l’impôt sur le revenu, Monsieur le conseiller au consistoire dispose encore d’un autre moyen pour introduire le communisme tel qu’il le comprend : Quel est l’alpha et l’oméga de la foi chrétienne ? Le dogme du péché originel et de la rédemption. Et c’est là que réside le lien de solidarité entre les hommes à sa plus haute puissance ; un pour tous et tous pour un.

Heureux peuple ! Voilà la question cardinale résolue pour l’éternité. Le prolétariat trouvera, sous les doubles ailes de l’aigle prussien et du Saint-Esprit, deux inépuisables sources de vie : premièrement, l’excédent de l’impôt sur le revenu sur les besoins ordinaires et extraordinaires de l’Etat, excédent égal à zéro ; et deuxièmement, les revenus des domaines célestes du péché originel et de la rédemption, égaux eux aussi à zéro. Ces deux zéros fournissent un terrain magnifique pour le tiers du peuple qui n’a pas de terre pour vivre, un soutien puissant pour le second tiers qui est en plein marasme.

Bien sûr, excédents imaginaires, péché originel et rédemption calmeront la faim du peuple tout autrement que ne le font les longs discours des députés libéraux !

On lit encore :

Nous demandons aussi dans le « Pater Noster » : « Ne nous induis pas en tentation ». Et ce que nous demandons pour nous, nous devons l’appliquer nous-mêmes à notre prochain. Or il est sûr que nos conditions sociales sont une tentation pour l’homme et que l’excès de misère incite au crime.

Et nous, Messieurs les bureaucrates, juges et conseillers au consistoire de l’Etat prussien, nous appliquons cette maxime en faisant rouer, décapiter, emprisonner et fouetter à cœur-joie, et ainsi, nous « induisons en tentation » les prolétaires de nous faire rouer, décapiter, emprisonner et fouetter plus tard. Ce qui ne manquera pas d’arriver.

Un tel état de choses, déclare Monsieur le Conseiller au consistoire, un Etat chrétien ne doit pas le tolérer, il doit y porter remède.

Oui, y remédier par d’absurdes charlataneries sur les obligations de solidarité de la société, par des excédents imaginaires et des traites sur Dieu le père, le fils et compagnie, qui ne peuvent qu’être protestées.

On peut aussi faire l’économie des bavardages, de toutes façons ennuyeux, sur le communisme, pense notre très observateur conseiller au consistoire. Pourvu que ceux dont c’est la vocation développent les principes sociaux du christianisme, les communistes se tairont bientôt.

Les principes sociaux du christianisme ont eu maintenant dix-huit siècles pour se développer et n’ont pas besoin d’ un supplément de développement par des conseillers au consistoire prussiens.

Les principes sociaux du christianisme ont justifié l’esclavage antique, magnifié le servage médiéval et s’entendent également, au besoin, à défendre l’oppression du prolétariat, même s’ils le font avec de petits airs navrés.

Les principes sociaux du christianisme prêchent la nécessité d’une classe dominante et d’une classe opprimée et n’ont à offrir à celle-ci que le vœu pieux que la première veuille bien se montrer charitable. Les principes sociaux du christianisme placent dans le ciel ce dédommagement de toutes les infamies dont parle notre conseiller, justifiant par là leur permanence sur cette terre.

Les principes sociaux du christianisme déclarent que toutes les vilenies des oppresseurs envers les opprimés sont, ou bien le juste châtiment du péché originel et des autres péchés, ou bien les épreuves que le Seigneur, dans sa sagesse infinie, inflige à ceux qu’il a rachetés.

Les principes sociaux du christianisme prêchent la lâcheté, le mépris de soi, l’avilissement, la servilité, l’humilité, bref toutes les qualités de la canaille ; le prolétariat, qui ne veut pas se laisser traiter en canaille, a besoin de son courage, du sentiment de sa dignité, de sa fierté et de son esprit d’indépendance beaucoup plus encore que de son pain.

Les principes sociaux du christianisme sont des principes de cafards et le prolétariat est révolutionnaire.

En voilà assez pour les principes sociaux du christianisme.

Continuons :

Nous avons reconnu dans la réforme sociale la vocation la plus noble de la monarchie.

Vrai ? Jusqu’ici il n’en était pas du tout question. Mais soit. Et en quoi consiste la réforme sociale de la monarchie ? A faire passer un impôt sur le revenu dérobé aux organes du libéralisme, lequel impôt doit offrir des excédents dont le ministre des Finances ne sait rien, à établir des banques de crédit foncier qui ont fait faillite, à construire les chemins de fer prussiens de l’est, et surtout à tirer profit d’un énorme capital de péché originel et de rédemption !

« C’est l’intérêt même de la royauté » - à quel niveau doit donc être tombée la royauté !

« C’est ce que réclame la misère de la société » — qui pour l’instant réclame bien plus des barrières douanières que des dogmes.

« C’est ce que recommande l’Evangile » — tout le recommande, sauf le vide effroyable des caisses de l’Etat prussien, cet abîme sans fonds qui, en trois ans, aura englouti irrémédiablement les quinze millions russes. D’ailleurs, l’Evangile recommande beaucoup de choses, entre autres choses la castration comme première mesure de la réforme sociale sur soi-même (Mathieu 25).

La royauté, déclare notre conseiller du consistoire, ne fait qu’un avec le peuple.

Cette expression n’est qu’une autre forme de la vieille affirmation : l’Etat, c’est moi, et c’est très exactement la formule dont Louis XVI se servit le 23 juin 1789 face à ses Etats généraux rebelles : si vous n’obéissez pas, je vous renvoie chez vous — et seul je ferai le bonheur de mon peuple

Il faut que la royauté soit déjà dans un bien grand embarras, pour se décider à employer cette formule, et notre conseiller au consistoire est assez érudit pour savoir comment à l’époque, le peuple français a remercié Louis XVI de l’avoir employée.

Le trône, assure plus loin Monsieur le Conseiller au consistoire, doit reposer sur la large base du peuple , c’est ce qui assu re le mieux sa solidité

Tant que les larges épaules du peuple ne jetteront pas dans le ruisseau, en effet, d’un coup puissant, cette superstructure importune. L’aristocratie , conclut Monsieur le Conseiller au consistoire, laisse à la royauté sa dignité et lui donne une parure poétique, mais lui retire le pouvoir réel ! La bourgeoisie lui enlève pouvoir et dignité et ne lui donne qu’une liste civile. Le peuple conserve à la royauté son pouvoir, sa dignité et sa poésie.

Dans ce passage, Monsieur le Conseiller au consistoire prend malheureusement trop au sérieux l’appel fanfaron de Frédéric- Guillaume à son peuple dans le discours du trône. Son dernier mot est : à bas l’aristocratie, à bas la bourgeoisie, établissement d’une monarchie s’appuyant sur le peuple.

Si ces exigences n’étaient pas fantaisie pure, elles impliqueraient une révolution totale. Inutile d’insister sur le fait que l’aristocratie ne peut être renversée autrement que par les efforts conjoint s de la bourgeoisie et du peuple, que le gouvernement par le peuple dans un pays où existent encore côte à côte aristocratie et bourgeoisie est une absurdité pure. A de telles élucubrations d’un conseiller au consistoire de Eichhorn, on ne saurait opposer des développements sérieux.

Nous nous bornons à quelques remarques bienveillantes à l’adresse des messieurs qui voudraient sauver la royauté prussienne affolée grâce à un saut périlleux qui la ferait retomber au milieu du peuple.

De tous les éléments politiques le peuple est le plus dangereux pour un roi. Pas le peuple dont je parle Frédéric-Guillaume, qui, les larmes aux yeux, se confond en remerciements pour avoir reçu un coup de pied et une petite pièce d’argent ; ce peuple n’est pas dangereux du tout, car il n’existe que dans l’imagination du roi. Mais le vrai peuple, les prolétaires, les petits paysans et la plèbe, c’est, comme dit Hobbes, puer robustus sed malitiosus , un enfant robuste mais malin, et qui ne se laisse duper ni par les rois maigres, ni par les rois pansus.

Avant toutes choses ce peuple arracherait au roi une Constitution avec suffrage universel, liberté d’association, liberté de la presse et autres désagréments. Et une fois tout cela acquis, il l’utiliserait à expliquer le plus vite possible ce que c’est que le pouvoir , la dignité et la poésie de la royauté.

Le digne détenteur actuel de cette royauté pourrait alors s’estimer heureux si le peuple l’embauchait comme déclamateur public auprès de l’association civile de 250 talers et un demi de bière blanche par jour.

Si messieurs les conseillers au consistoire qui président aujourd’hui aux destinées de la monarchie prussienne et de l’ Observateur rhénan, venaient à en douter, qu’ils dressent des horoscopes encore bien plus inquiétants aux rois qui en appellent à Leur peuple.

Charles Ier d’Angleterre fit lui aussi appel à Son peuple contre ses Etats généraux. Il appela son peuple aux armes contre le parlement. Mais le peuple prit parti contre le roi, chassa du Parlement tous les membres qui ne représentaient pas le peuple et pour finir fit décapiter le roi par le Parlement devenu le représentant réel du peuple. Voilà comme se termina l’appel de Charles Ier à Son peuple. Cet événement s’est produit le 30 janvier 1649 et on célébrera en 1849 son deux- centième anniversaire.

Louis XVI de France fit également appel à Son peuple . Pendant trois ans il ne cessa de faire appel à une partie du peuple contre l’autre, il chercha Son peuple, le vrai peuple, le peuple soulevé d’enthousiasme pour lui, et ne le trouva nulle part. Il finit par le trouver dans le camp de Coblence, derrière les rangs des armées prussienne et autrichienne. Mais son peuple en France trouva cela trop fort. Le 10 août 1792 il enferma au Temple celui qui appelait si bien et convoqua la Convention nationale qui le représentait sous tous les rapports.

Cette Convention se déclara compétente pour juger de l’appel de l’ex-roi et après quelques délibérations, envoya l’appelant sur la place de la Révolution où il fut guillotiné le 21 janvier 1793.

Voilà ce qui arrive quand les rois font appel à leurs peuples. Quant à savoir ce qui arrive quand les conseiller au consistoire veulent instaurer une monarchie démocratique, pour cela, il faut attendre.


Signatures: 0

Forum

Date Nom Message