19 octobre 1939 : Création du CNRS

mardi 20 octobre 2020.
 

Le 19 octobre 1939, un décret-loi donne corps au projet du gouvernement du Front populaire, porté notamment par Jean Zay et Irène Jolliot-Curie, de créer un organisme national de recherche. Le Centre National de la Recherche Scientifique est né.

Menacé de suppression par le gouvernement de Vichy, le CNRS prend son essor à la libération sous l’impulsion de son directeur Frédéric Jolliot-Curie. Entre 1959 et 1962, l’ambition de De Gaulle pour la France conduit au doublement de son budget. En 1984, la loi Chevènement fonctionnarise l’ensemble des chercheurs.

Le CNRS remplit des missions essentielles à la recherche française. Il contribue au financement de près de 2000 centres de recherche. Il emploi plus de 30000 chercheurs et finance de nombreux projets spécifiques.

Le CNRS dès sa fondation a eu pour mission de privilégier la recherche fondamentale et non la recherche appliquée. Il est totalement pluridisciplinaire et contribue à la recherche dans l’ensemble des disciplines qu’il s’agisse des sciences humaines et sociales ou des sciences dites « dures » (physique, géologie, astronomiques…).

Parmi les chercheurs employés par le CNRS, on compte 6 prix Nobel de physique, 2 prix Nobel de médecine, 1 prix Nobel de Chimie, 9 médailles Fields. Plus largement le CNRS, figure au premier rang mondial du classement Scimago fondé sur la production scientifique, le nombre de citations, la collaboration internationale.

Depuis 10 ans le CNRS figure dans la liste des 10 « entreprises ou établissements français » qui déposent le plus de brevets.

Ces réalisations démontrent l’excellence de la recherche française. Le choix d’une recherche publique axée sur la recherche fondamentale est un réel succès. Mais, si le CNRS était doté de moyens à la hauteur du rang de la France, les résultats seraient encore plus probants. En 2004 la dotation de l’État au CNRS s’élevait à 2,2 miliards d’euros. En comparaison, le budget de recherche de l’Université de Californie en 2004 était de 2,95 milliards de dollars. Depuis 2005 les effectifs permanents sont en baisse constants tandis qu’on assiste à une explosion de CDD. Les réformes actuelles initiées par Sarkozy et poursuivies par Hollande mettent en péril la recherche française alors même que les défis de notre siècle appellent à toujours plus de progrès scientifique.

Bastien Lachaud


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message