Zemmour : un talentueux et sinistre bonimenteur au service du Capital.

mercredi 8 décembre 2021.
 

Après le produit médiatique Macron 2017, voici le le cru médiatique Zemmour 2022. Ce nouveau cru deviendra-t-il crédible ?

** Lors de son discours annonçant sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, la créature de l’Appareil Idéologique Médiatique (AIM) fidèle à sa nature fictive, a fait référence à une France pour une large part de nature imaginaire.

Nous souscrivons ici à l’analyse de Marion Beauvalet reprise sur ce site http://www.gauchemip.org/spip.php?a... quant au caractère fictionnel de cette France du passé.

Nous n’insisterons pas sur la thématique centrale de ce discours qui utilise un procédé de rhétorique usé jusqu’à la corde : la France glorieuse est en déclin et en train de disparaître, remplacée par un monde qui lui est étranger : je vais la sauver !

Pour avoir une efficacité opérationnelle, une manipulation, une escroquerie intellectuelle ne doit pas faire référence à 100 % d’imaginaire mais utiliser aussi quelques éléments de réalité. Ainsi la désindustrialisation, les difficultés du fonctionnement de l’Éducation Nationale, de la justice, du système de santé sont bien réelles.

Mais quelle en est la cause, les causes ?

Le néolibéralisme ? La politique de la course au profit des actionnaires ? Non !

Les mots néolibéralisme, ultralibéralisme, capitalisme, actionnaire, profit boursier, etc. ne sont pas prononcés.

D’après Zemmour, les responsable de cette « décadence » ce sont les enseignants eux-mêmes, les magistrats eux- mêmes. boucs émissaire préférés.

Seraient-ce des syndicats qui sont responsables de la désindustrialisation et de la casse de l’hôpital public ? Ainsi, en opposant des catégories de Français à d’autres, Zemmour créé un climat de division, de haine de l’autre et d’appel à la guerre civile.

C’est la technique du pompier incendiaire.

Dit autrement et plus finement, Zemmour utilise ici la technique de manipulation du « triangle dramatique » décrite en l’analyse transactionnelle. (Voir Wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Trian... ) il s’agit du triangle : SV P : Sauveur, Victime, Persécuteur.

Les Français sont victimes d’une dégradation de leurs conditions de vie ; on invoque alors des responsables : ce sont les persécuteurs ; il enchaîne aussitôt sur la nécessité d’un sauveur : le Zorro Zemmour.

Éric Zemmour invoque les « puissants », les « élites » mais de qui parle-t-il réellement ?

Les PDG du CAC 40 ? Les responsables du MEDEF ? Les professeurs d’université ? Les hauts fonctionnaires ? Les commissaires de Bruxelles ? Les directeurs de recherche au CNRS ?

On constate qu’il utilise un vocabulaire vague et fourre-tout, mots corbeilles où chacun pourra jeter son bouc– émissaire préféré.

Aucune remise en cause donc de l’accumulation sans limite du capital conduisant à la destruction des services publics, la précarité et la pauvreté du salariat.

On comprend ainsi la super promotion en faveur d’Éric Zemmour organisée par les médias contrôlés par les milliardaires : cet essayiste constitue l’agent de la Grande Diversion Identitaire en imposant le Grand Remplacement d’un sujet central à étouffer : le partage des richesses produites par la population active entre le salariat et le patronat.

Il ne propose aucun projet économique et politique cohérent à l’occasion de cette candidature pour sortir la France de ses difficultés. Décidément, Zemmour ce n’est pas le Zorro qu’il voudrait paraître !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message