10 et 11 mai 1968 Souvenir de la « nuit des barricades »

mercredi 13 mai 2020.
 

A) Video archive de l’INA

https://www.youtube.com/watch?time_...

B) 10 mai 68 au Quartier latin : la nuit des barricades (video réalisée par la revue Le Point

https://www.dailymotion.com/video/x...

C) 10 au 11 mai 68 : « Nuit des barricades » (Mediapart)

La « nuit des barricades » commence après la manifestation appelée par l’UNEF, le SNES Sup et les CAL à Denfert Rochereau, sur les trois revendications du mouvement : libérez nos camarades, ouvrez la Sorbonne, dégagez du Quartier latin. Plus de vingt mille personnes (12 000 personnes selon la police), passent devant la santé en marquant leur sympathie avec les prisonniers et manifestants, puis doit aller au Palais de justice et à la maison de la radio (ORTF), mais les ponts sur la Seine sont barrés. La manifestation s’installe sur le boulevard Saint-Michel entre la Seine et le Luxembourg. Elle décide de rester dans le Quartier latin tant que la Sorbonne ne leur serait pas rendue et les camarades libérés. Malgré l’opposition de l’UNEF, une partie des manifestants commence, dès 21 heures, à édifier des barricades.

Vers 22 heures, Geismar échange avec le vice-recteur sur Radio-Luxembourg, et Sauvageot avec le recteur sur Europe n°1. Mais le recteur se déclare incompétent pour libérer les étudiants condamnés. Cohn-Bendit, autorisé avec trois professeurs et trois étudiants à pénétrer dans la Sorbonne, lance la consigne d’occuper le Quartier latin, mais sans attaquer les forces de police. Mais les tractations n’aboutissent pas.

Le quartier des barricades connait quatre heures de folle liberté dans la paix, de 22 h à 2 h du matin, puis plus de trois heures dans la bagarre. Il est circonscrit par le boulevard Saint-Michel à l’ouest, la rue Claude-Bernard au sud, la rue Mouffetard à l’est, la rue Soufflot et la place du Panthéon au nord. Les rues Pierre-Curie et Ursulines-Thuillier constituent les seules communications d’est en ouest.

Des responsables de tout le mouvement sont présents. Les journalistes remarquerons entres autres, de nombreux JCR comme Alain Krivine, Daniel Bensaid ou Hervé Chabalier, du 22 Mars comme Daniel Cohn-Bendit, de l’UNEF, des ex-UEC ou de l’Internationale situationniste comme René Riesel ou Guy Debord. Exceptions importantes : les dirigeants maoïstes et ceux de la FER. Ces derniers sortent d’un meeting et arrivent jusqu’aux barricades avec un demi millier de militants, mais ils déclarent qu’il s’agit d’une provocation et appellent à aller se coucher. Tous n’iront pas se coucher...

Ce même jour, Léo Ferré interprète pour la première fois en public "Les Anarchistes » à la Mutualité, un gala de soutien au bénéfice du journal "Le Monde Libertaire » de la Fédération Anarchiste (FA). Alors que déjà, au-dehors, le quartier Latin est en proie à l’émeute, il chante :

"Ils ont tout ramassé

Des beignes et des pavés

Ils ont gueulé si fort

Qu’ils peuvent gueuler encore

Ils ont le coeur devant

Et leurs rêves au mitan

Et puis l’âme toute rongée

Par des foutues idées ».

Soudain attaqué, à 2 h 15, par les forces qui le cernaient, le quartier se défend plus de trois heures, perdant toujours du terrain dans l’ouest et résistant jusqu’à 5 heures 30 aux abords de la rue Mouffetard, au prix de voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, des centaines de blessés. Sur soixante barricades, seules une vingtaine, très solides permettent une défense prolongée, et à l’intérieur d’un périmètre restreint. L’armement est improvisé, et surtout l’absence d’organisation interdit de lancer des contre-attaques victorieuses.

Le nombre des défenseurs du Quartier barricadé est estimé à près de 2000 : étudiants pour moins de la moitié, un grand nombre de lycéens et de jeunes révoltés (les fameux « blousons noirs »), et quelques centaines d’ouvriers. Et dans le nombre, pas mal d’étrangers, et beaucoup de filles. Les CRS, policiers et gendarmes mobiles lancent grenades incendiaires, grenades offensives et au gaz. Les résistants ripostent à coups de pavés et cocktails Molotov. Ils retardent l’avancée de l’ennemi avec des voitures renversées en chicane ou incendiées. Des toits descendent des projectiles de tout acabit.

Maurice Grimaud, Préfet de police, fournira le lendemain samedi 11 mai dans la matinée le bilan policier des émeutes : 367 blessés recensés dans les hôpitaux dont 251 du service d’ordre et 102 étudiants. Sur ces 367, 54 sont hospitalisés dont 4 étudiants et 18 policiers dans un état très grave. 460 interpellations ont été faites, 61 ont visé des étrangers – 63 personnes interpellées seront déférées à la justice – 26 étudiants – 3 lycéens, le reste, 34 personne ne sont pas des étudiants. Il annonce aussi 125 voitures détériorées, dont 63 incendiées, des rues dépavées. Parmi les personnes interpellées, selon les fiches des RG, on trouve Evelyne Pisier, future universitaire, Patrick Topaloff (« meneur de jeu à Europe n° 1 »), ou celui qui deviendra garde des Sceaux de François Mitterrand, Michel Vauzelle.

Indice essentiel pour les jours à venir : le quartier montre sa sympathie pour les émeutiers mêmes qui brûlent ses voitures. Il offre des vivres, lance de l’eau pour combattre l’effet des gaz, leur donne asile. Le 13 mai, les syndicats manifesteront avec les étudiants contre les brutalités policières, puis la vague de grèves ira jusqu’à la grève générale.

D) Souvenirs d’un lycéen en Aveyron

Dans les années 1960, la poigne des Etats militaires étreint l’Amérique latine et son ombre hante à nouveau l’Europe. Des dictatures sévissent en Espagne et au Portugal. En Italie, des généraux et services secrets ont voulu réaliser un coup d’Etat en 1964 ; démocratie chrétienne et mafia se donnent la main. L’armée réussit un coup d’Etat en Grèce avec un large soutien parmi la droite et les milieux patronaux. Les chrétiens démocrates allemands répriment les étudiants sans souci de légalité ; la presse aux ordres appelle au meurtre des contestataires ; le leader Rudy Dutschke est assassiné. En Grande-Bretagne, les manifestants non-violents opposés à la bombe nucléaire sont matraqués et condamnés à de la prison ferme. En France, la quasi-totalité des députés de droite a été capable de voter légalement en 1940 la mise en place de la dictature pétainiste. En 1958, ils ont porté au pouvoir le général De Gaulle en s’appuyant sur l’action de militaires putschistes.

Début Mai 68, les agressions perpétrées par les commandos d’extrême droite, l’occupation de la Sorbonne par les CRS et la violence de leurs charges sont vécues par beaucoup comme la menace d’un glissement autoritaire du régime gaulliste. Heureusement, la nouvelle génération n’a pas connu de défaite politique ou sociale. Dés les premiers signes forts de répression policière, la grève se généralise. Le gouvernement veut en finir et fait encercler le soir du 10 mai une manifestation étudiante et lycéenne par d’imposantes forces de l’ordre.

La réaction des jeunes parisiens pris au piège surprend le monde entier : ils construisent des barricades. Les professeurs transmettent au ministre la demande de retrait de la police exprimée par leurs élèves. Le gouvernement ne bronche pas et ordonne l’assaut. “Une masse compacte d’hommes en noir se rassemble devant la Rue Gay Lussac ... Lentement elle avance. S’immobilise un instant. Le temps de tirer au fusil une série de grenades lacrymogènes. Les défenseurs ripostent... Toute peur a disparu...Il faut se battre... L’air est irrespirable. L’armée d’ombres émergeant du brouillard s’approche à nouveau. L’Internationale est entonnée... Les forces de l’ordre reculent. Et se vengent... Devant la résistance acharnée des étudiants, les policiers utilisent systématiquement des grenades offensives. Le bruit des explosions est effarant. Parfois, un manifestant reçoit la cuillère en plein visage et s’écroule en hurlant. Des secouristes bénévoles évacuent les blessés... ”(Génération, Tome 1).

La dernière barricade se rend à cinq heures et demi du matin. Dans chaque internat, les enfants de Résistants ou de syndicalistes, les jeunes encore jeunes dans leur tête, ont passé la nuit à écouter RTL ou RMC. M’étant couché à 3 heures du matin, j’ai été réveillé plusieurs fois par des copains tentés par une action immédiate de solidarité.

Au matin, fleurit la première occupation aveyronnaise de 68 : les CAL s’installent sur Decazeville dans les locaux de l’Amicale laïque avant de faire de même conjoncturellement à la poste. Sur Rodez, grèves et débats se succèdent ! Le 11 au soir, plus une boule puante, plus un manche de pioche n’est disponible en magasin.

Il suffit alors de quelques jours pour que tous les lycées du pays entrent dans la grève générale.

Les barricades, les manifestations de Mai 68 sont au départ une réaction d’auto-défense. Elles signent une déclaration simple de la jeunesse :” Notre bonheur à chacun et à tous vaut plus que vos profits. Nous ne laisserons ni bafouer la démocratie ni renaître le fascisme ”. Elles emportent dans une lame de fond commune les adolescents de Dakar, Tokyo, Rio de Janeiro, Milan, Venise, Mexico, Varsovie, Alger, Santiago du Chili ... et les plus petits lycées publics et privés de l’Aveyron . Même les enfants de familles de droite se mettent en grève sur un programme nettement progressiste. J’ai vu tous les élèves de mon lycée (moins 5 absents si mon souvenir est bon), de la seconde à la terminale, voter la grève générale avec occupation des locaux, après un débat, long, calme et sérieux. J’ai vu les élèves du Sacré Coeur enfoncer une porte de leur établissement pour venir manifester avec nous.

Avec autant de pureté que de naïveté, nous avons décidé de nos grandes orientations en assemblées générales de lycée et même en assemblées générales départementales, élu des délégués révocables, élaboré des projets, pris contact avec les organisations syndicales ouvrières et paysannes, avec les salariés grévistes. Nous avons transformé le lycée de filles en siège du Comité de grève et des commissions centrales. Sur les hauts murs, le service d’ordre ne cachait ni pagaille, ni saleté, ni drogue, ni orgies mais l’espérance immense de notre jeunesse. A notre petit niveau, nous avons essayé de porter haut l’espoir et l’image d’un monde à naître autre que celui des dollars, des canons et des baratineurs.

La révolte des étudiants atteint son point culminant dans la nuit du vendredi 10 au samedi 11 mai. Dès le début de la soirée, 20.000 manifestants occupent le quartier latin, qui prend un aspect insurrectionnel. Les rues se couvrent de barricades, certaines hautes de 3 mètres.

Cette nuit là, étudiants et CRS s’affrontent dans de véritables combats de rues : voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, centaines de blessés.

Après l’échec des négociations, à 2 heures 15, les CRS se lancent à l’assaut des premières barricades de la rue Gay-Lussac. La police ne prendra la dernière que trois heures plus tard, après de très violents affrontements qui feront plus de 367 blessés (dont 251 chez les policiers). 469 manifestants seront interpellés et 188 véhicules seront incendiés ou endommagés.

Le pays est stupéfait et l’agitation étudiante, jusque-là isolée, rencontre alors la sympathie d’une grande partie de l’opinion publique. La population sympathise avec les émeutiers.

Le 13 mai, les syndicats manifesteront avec les étudiants pour protester contre les brutalités policières et, le 14 mai, une vague de grèves commencera.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message