Nous sommes tous des morts vivants.

lundi 7 juin 2021.
 

Nous sommes tous des morts vivants.

LFI a fait partir « l’Avenir en commun » de « l’Humain d’abord ». Mais qu’est-ce qu’un être humain ?

Et un avenir en commun est-il possible si les Homo sapiens accapareurs et prédateurs continuent à neutraliser les Homo sapiens partageux et civilisateurs ? Non ! Et l’issue de ce combat perdu sera tout simplement l’extinction de l’espèce humaine.

Mais qu’est-ce que l’espèce humaine ?

**

I – Nous sommes tous des morts vivants.

Préambule : du fétichisme de la marchandise au fétichisme de l’être humain.

On a tendance naturellement à réduire une marchandise à une chose définissable essentiellement par ses caractéristiques physiques et à son utilité.

Pourtant, une marchandise est le résultat d’un travail plus ou moins complexe ayant nécessité le travail d’une multitude de créateurs et producteurs, ce qui a nécessité non seulement de la matière première mais aussi du travail manuel et intellectuel s’exerçant sur un certain temps.

Une marchandise est donc une cristallisation d’un temps de travail social multiforme.

Le fétichisme de la marchandise consiste à faire abstraction de son processus social de production et de ne retenir que ces caractéristiques comme choses physiques et Utile.

D’une manière analogue, on a tendance à considérer un être humain comme un corps physique ayant une anatomie et physiologie, ayant évolué de sa naissance à la situation présente dans un milieu social donné à une époque donnée.

Mais dans cette vision pragmatique, on ne perçoit pas le fait qu’un être humain est le résultat d’une longue et laborieuse histoire génétique et culturelle s’étalant sur plusieurs dizaines ou centaines de siècles.

Son génome est à la fois façonné par les gènes de personnes ayant vécu sur plusieurs siècles dans un petit village ou une aire géographique limitée et en même temps façonné par les gènes d’ancêtres nomades issus des 4 coins de la planète.

La première partie du texte « nous somme tous des morts-vivants » montre que l’être humain est une construction sociale et historique et s’oppose à une vision simpliste pragmatique que l’on pourrait nommer « fétichisme de l’être humain » dont la logique ultime aboutit à ce que nous connaissons avec l’ultralibéralisme : humain réduit à un instrument de production ou de consommation c’est-à-dire à un capital : ce que l’on appelle le « capital humain » pour accroître sans cesse le Capital.

**

La construction de tout être humain résulte de la confluence de 3 flux informationnels.

Tout individu est le descendant d’un lignage familial et ancestral binaire (lignage paternel et lignage maternel).

Chaque être humain reçoit de sa mère et de son père un patrimoine génétique, et ce, de génération en génération.

On n’a pas toujours conscience du nombre de personnes des générations antérieures nous léguant une partie de leur patrimoine génétique.

Mère + père : 2

grands-parents : 4 ; total : 4 + 2 = 6

arrière-grands-parents : ; total : 6 + 8 = 14

arrière – arrière grands-parents : 16 ; 14 + 16 = 30

Et ainsi de suite : avec la génération précédente : 32 + 30 = 62.

On a ici une suite géométrique de raison 2.

À la génération n, la somme des ancêtres d’un individu donné et donc : 2 (2 Expo (n +1) - 1)

La génération n = 0 correspond aux parents.

Considérons par exemple n = 3 ; on obtient : 2 (2³ -1) = 14 en utilisant cette formule, on pourrait ainsi connaître le nombre d’ancêtres d’un individu donné depuis 9 000 ans (début du néolithique) en prenant 3 générations par siècle. Mais on obtiendrait alors un nombre astronomique. Totalement irréaliste.

La raison en est que en remontant les générations, les lignages familiaux se confondent :, se croisent. Les gens se marient dans la même zone géographique ce qui explique la fréquence élevée du même nom dans certains villages encore actuellement. On retrouve dans certaines zones géographiques une fréquence beaucoup plus élevée de certaines maladies génétiques qui s’expliquent par ce phénomène de mariage entre cousins ou cousin éloignés.

Au-delà de la 4e génération, la formule précédente devient irréaliste. Il n’en reste pas moins vrai que chacun d’entre nous possède dans son génome des gènes issus d’Homo sapiens ayant vécu il y a plusieurs milliers d’années. Conseil depuis 2014 que 1 % à 3 % de notre ADN est issu des néandertaliens qui se sont accouplés avec l’Homo sapiens il y a 270 000 ans.

Ainsi chaque humain possède un génome contenant des séquences d’ADN légué par reproduction par des centaines de milliers d’ancêtres morts depuis plus ou moins longtemps.

La transmission transgénérationnelle de ce patrimoine se réalise par l’information génétique qui utilise un code : le code génétique. Celui-ci est fondé sur l’assemblage de 4 bases nucléiques et 22 acides aminés. Cette information génétique, comme pour tout être vivant, constitue un facteur structurant, complexifiant de l’organisation de la matière s’opposant ainsi à un niveau local à la tendance de la croissance de l’entropie dans l’univers un niveau global.

La transmission du patrimoine génétique permet d’assurer la. survie partielle d’un être mortel qui se dégrade et meurt au travers ses descendants assurant du même coup la survie de son espèce. Remarquons que parmi les 22 espèces humaines recensées en 2019, par les anthropologues seul l’Homo sapiens a survécu.

Comme l’a montré la génétique, certaines mutations de gènes peuvent survenir et certains peuvent être influencés par le milieu (épigénétique). On voit ainsi qu’un individu est constitué génétiquement par un collectif de génome de personnes disparues.

Un humain est donc un être génétiquement social.

Le 2e flux d’information structurant un être humain résulte de la transmission du patrimoine spirituel ou culturel des êtres humains qui l’ont précédé.

Cette transmission se réalise par l’éducation, la formation à tous les niveaux et surtout les plans.

L’information de transmission utilise un code : le langage oral et écrit. Le langage oral se déploie dans 16 grandes familles de langues au niveau planétaire. En réalité il existe entre 6500 et 7000 langues différentes dans le monde actuel.

À ce code tripale, s’ajoutent des codes particuliers pour transmettre le savoir scientifique artistique. Langage symbolique des mathématiques de la physique, de la chimie etc. En musique, le solfège ; le langage chorégraphique, etc.

Il existe des codes pour la circulation entière et fluviale utilisant des panneaux de signalisation.

Les premières langues écrites cunéiformes datent de -3400..

Le premier alphabet semble être l’alphabet phénicien comportant 22 lettres. (-1200 ans).

Dans les différents domaines du savoir et des métiers, on peut distinguer les créateurs : scientifiques, artistes, bâtisseurs, sculpteurs, etc.) et les transmetteurs du patrimoine ainsi créé : les enseignants qui peuvent se mettre un savoir théorique ou un savoir professionnel au sein d’un corps de métier. Le premier vecteur de l’acte éducatif et le milieu familial d’enfant apprend à marcher et à parler.

Cette information naturelle utilise différents supports de mémoire évolue avec le temps.

Tablettes d’argile, papyrus livre imprimer, différents supports magnétiques pour le son et l’image, fresques, tableaux, sculptures, monuments etc. la longévité du support constitue un enjeu vital pour la conservation des différents patrimoines.

Là encore, des milliers de personnes décédées depuis longtemps nous lègue leur savoir impriment notre cerveau vivant par l’éducation.

Cette culture est d’origine historique extrêmement diverse. Par exemple notre comptage du temps en heures, minutes et secondes nous a été léguée par les babyloniens ayant vécu il y a 5000 ans. L’être humain et culturellement universel par construction même si à une époque où une période donnée, il vit dans un champ culturel ayant des spécificités. C’est un être naturellement social.

Le 3e flux informationnel construisant un individu provient de son environnement naturel et social.

L’individu se structure dès sa naissance dans un bain informationnel aux sources multiples.

Son environnement matériel (climat, habitat,…), son environnement familial avec sa double dimension cognitive et affective ; son environnement scolaire et universitaire ; son environnement professionnel ; son environnement amical ; son environnement médiatique ; son environnement de citoyenneté pour la parenthèse associations, syndicats, partis politiques)

Évidemment durant ce temps présent, les activités créatrices en tout genre continuent leur vie. La multitude des savoirs ainsi nouvellement créés seront légués avec ceux du passé aux générations futures.

Dans ce bain informationnel structurant le plus souvent inconsciemment un individu la communication avec sa dimension instantanée et spatiale domine la transmission du patrimoine culturel avec sa dimension lente et lourde du passé.

Cette vie communicationnelle de l’instantanéité, à l’exception des périodes de guerre et d’épidémie ou de grave maladie et de deuil, nous fait oublier que nous sommes mortels et aussi des morts vivants et, une fois mort, une partie de nous-mêmes survivra dans notre descendance.

Mais d’où viennent tous ces morts qui survivent, pour une part, on nous ?

**

II – L’Histoire de l’être humain.

Dans son émission « La Série Documentaire » (LSD) du 17 au 20 mai 2021 Sites de La, il a été question de l’histoire de l’Homo sapiens et plus généralement des différentes espèces humaines.

La Série documentaire. France Culture : adresse du site :

https://www.franceculture.fr/emissi...

Épisode 1 : Lucie. Qu’est-ce qu’un humain ?

https://www.franceculture.fr/emissi...

** Épisode 2 : l’humanité plurielle du paléolithique

https://www.franceculture.fr/emissi... de

Wikipédia : le paléolithique https://fr.wikipedia.org/wiki/Pal%C... **

Épisode 3 : Le néolithique

https://www.franceculture.fr/emissi...

Wikipédia : le néolithique https://fr.wikipedia.org/wiki/N%C3%...

** Épisode 4 : L’humain de demain https://www.franceculture.fr/emissi...

**

Institut archéologique : un petit résumé des périodes historiques : https://www.inrap.fr/periodes les 22 espèces humaines connues en 2019 : https://www.businessinsider.fr/les-...

Les différentes espèces d’humains (Homo). Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Homo

**

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message