23 août 1917 Insurrection ouvrière de Turin contre la guerre (Gramsci)

lundi 25 août 2014.
 

Depuis l’entrée en guerre de l’Italie (24 mai 1915), le prolétariat turinois n’avait fait aucune manifestation de masse.

L’imposant meeting qui avait été organisé en l’honneur des délégués du Soviet de Petrograd, marqua le début d’une nouvelle période dans les mouvements de masse. Un mois ne s’était pas écoulé que les travailleurs turinois, s’insurgèrent, armes en main, contre l’impérialisme et le militarisme italien.

L’insurrection éclata le 23 août 1917. Pendant cinq jours, les ouvriers combattirent dans les rues de la ville. Les insurgés qui disposaient de fusils, de grenades et de mitrailleuses parvinrent même à occuper quelques quartiers de la ville et tentèrent à trois ou quatre reprises de s’emparer du centre où se trouvaient les institutions gouvernementales et les commandements militaires.

Mais deux années de guerre et de réaction avaient affaibli l’organisation du prolétariat, jadis si forte, et les ouvriers, inférieurs en armes, furent vaincus. C’est en vain qu’ils espérèrent en un appui du côté des soldats : ceux-ci se laissèrent ébranler par l’insinuation que la révolte avait été suscitée par les Allemands.

Le peuple dressa des barricades, il creusa des tranchées, il entoura quelques quartiers de barbelés électrifiés, et repoussa pendant cinq jours toutes les attaques des troupes et de la police. Plus de 500 ouvriers tombèrent, plus de 2 000 furent gravement blessés. Après la défaite, les meilleurs éléments furent arrêtés et mis à l’écart, et le mouvement prolétarien perdit en intensité révolutionnaire. Mais les sentiments communistes du prolétariat turinois n’étaient pas éteints.

On peut en trouver une preuve dans l’épisode que voici peu de temps après l’insurrection d’août eurent lieu des élections au conseil d’administration de l’ « Alliance coopérative turinoise » (Alleanza cooperativa torinese), immense organisation qui pourvoit à l’approvisionnement du quart de la population turinoise.

L’A.C.T. est composée de la Coopérative des cheminots et de l’Association générale des ouvriers. Depuis plusieurs années la section socialiste avait en main le conseil d’administration, mais la section n’était plus en mesure de mener activement l’agitation au sein des masses ouvrières.

Le capital de l’Alliance était dans sa plus grande partie constitué d’actions de la Coopérative des cheminots, appartenant aux cheminots et à leurs familles. Le développement pris par l’Alliance avait porté la valeur des actions de 50 à 700 lires. Le parti parvint cependant à convaincre les actionnaires qu’une coopérative ouvrière a pour but, non le profit des particuliers, mais le renforcement des moyens de la lutte révolutionnaire, et les actionnaires se contentèrent d’un dividende de trois et demi pour cent sur la valeur nominale de 50 lires, et non sur la valeur réelle de 700 lires. Après l’insurrection d’août, se forma, avec l’appui de la police et de la presse bourgeoise et réformiste, un comité de cheminots qui se proposa d’arracher au Parti socialiste la majorité qu’il avait dans le conseil d’administration. Aux actionnaires, on promit la liquidation immédiate de la différence de 650 lires entre la valeur nominale et la valeur courante de chaque section ; aux cheminots on promit diverses prérogatives dans la distribution des denrées alimentaires. Les réformistes traîtres et la presse bourgeoise mirent en œuvre tous leurs moyens de propagande et d’agitation afin de transformer la coopérative, d’organisation ouvrière qu’elle était, en une entreprise commerciale de type petit-bourgeois. La classe ouvrière était exposée à des pressions de toute sorte. La censure étouffa la voix de la section socialiste. Mais en dépit de toutes les pressions et de toutes les vexations, les socialistes, qui n’avaient pas un seul instant abandonné leur point de vue (qui était que la coopérative ouvrière était un moyen de la lutte de classe) obtinrent de nouveau la majorité au sein de l’Alliance coopérative.

Le Parti socialiste obtint 700 voix sur 800, bien que dans leur majorité, les électeurs aient été des employés des chemins de fer qu’on s’attendait à voir manifester, après la défaite de l’insurrection d’août, une certaine hésitation, voire des tendances réactionnaires.


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message