3 octobre 1990 Réunification de l’Allemagne

vendredi 4 octobre 2019.
 

Le 3 octobre 1990 la République Fédérale d’Allemagne et la République Démocratique Allemande sont réunifiées. Cette date, désormais fête nationale, est l’aboutissement d’un processus entamé avec la chute du mur en 1989.

Les modalités politiques consistent à l’annexion de l’ex-RDA par la RFA. Elles sont détaillées par le traité du 31 août 1990 entre les deux Allemagnes et le traité de paix des « 2+4 » avec les vainqueurs de 1945. L’URSS n’accepte alors la réunification de la « Grande Allemagne » qu’à la condition que l’OTAN ne soit pas élargie au-delà des frontières de la RFA. Une promesse signée officiellement par l’Allemagne et les États-Unis mais qui n’a cessé d’être piétinée depuis lors, entrainant une méfiance croissante de la Russie face à des États occidentaux aussi menaçants que peu fiables.

La réunification ne saurait se résumer à de sympathiques retrouvailles entre les deux parties d’une nation séparée par la Guerre Froide. La chronologie fait sens : la réunification n’intervient qu’après l’unification monétaire du 3 juillet. La monnaie de la RFA devient monnaie de tout le pays sur fond de « nationalisme du deutschemark ». Une forte inflation est contrée par une Bundesbank imbibée d’idéologie ordolibérale. Cette politique sera l’une des causes principales de l’augmentation continue du chômage à l’Est de 1990 et 2005, date à laquelle il y atteindra le taux record de 18.7%.

Cette transition brutale implique aussi la faillite de nombreuses sociétés de l’Est ; une prédation des grands groupes de l’Ouest sur l’appareil productif et surtout les terres agricoles de l’ex-RDA qui voient leur prix exploser ; des inégalités salariales criantes et une liquidation des avancées sociales de la RDA, comme le principe de l’égalité homme-femme illustré par un taux d’embauche des femmes de 92 % dans les années 1980 ; une « guerre froide » mémorielle enfin.

Dans un système européen tiraillé par la mise en concurrence généralisée, la réunification allemande aura des effets géopolitiques majeurs, en inclinant la « nouvelle Allemagne » à se focaliser sur sa « compétitivité » par rapport aux états tiers, et en lui permettant de retrouver son hégémonie sur les territoires désignés sous le terme de Mitteleuropa.

Théophile Malo


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message