Poèmes contre la guerre

mardi 22 juillet 2014.
 

- POEME 19 La gloire (Pierre Seghers)
- POEME 18 La guerre, folle immense (Victor Hugo)
- POEME 17 L’évadé (Boris Vian)
- POEME 16 A tous les enfants (Boris Vian)
- POEME 15 La mère fait du tricot Le fils fait la guerre (Prévert)
- POEME 14 Le lion de Waterloo (Victor Hugo, L’Année terrible)
- POEME 13 Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places (Aragon)
- POEME 12 Marchez, frappez, tuez et mourrez, bêtes brutes (Hugo)
- POEME 11 : Le cheval orphelin et la guerre (Jacques Prévert)
- POEME 10 Maudis les corbeaux de malheur qui chantaient la guerre
- POEME 9 Je voudrais voir les gens qui poussent à la guerre sur un champ de bataille (F. Ponsard)
- POEME 8 Depuis six mille ans la guerre (Victor Hugo)
- POEME 7 : Le cauchemar des deux mères
- POEME 6 : Verbales chimères et tragiques dégoûts (Alexis Danan)
- POEME 5 : Solitude (Solitude : extrait de l’album Sèves)
- POEME 4 Les Martyrs (Henry Jacques)
- POEME 3 Le défilé ( F. Coppée)
- POEME 2 Petit, lorsque tu seras grand ( Henensal)
- POEME 1 Le dormeur du Val - (Arthur Rimbaud 1854-1891)

La Première Guerre Mondiale a brutalisé toute l’Europe, marqué tout le 20ème siècle. Le fascisme comme la Révolution russe ne peuvent être compris hors de cette matrice. Seuls, les grands industriels en ont tiré profit.

J’ai beaucoup vécu durant mon enfance à Entraygues avec des "vieux de 14". Après 1918 , les anciens combattants du village avaient voté à l’unanimité cette inscription pour le monument aux morts local : "A tous ceux qui sont morts par force". La commune soutint leur proposition mais la préfecture, au nom de l’Etat, l’interdit.

En leur mémoire comme en mémoire de tous les morts, les gazés, les handicapés à vie, les veuves, les orphelins... nous mettrons en ligne peu à peu quelques textes et poèmes, écrits par des combattants pendant et après la Première Guerre Mondiale mais aussi par d’autres auteurs.

POEME 19 : La Gloire (Pierre Seghers)

POEME 18 La guerre, folle immense, hideuse (Victor Hugo)

Ouvrière sans yeux,Pénélope imbécile,

Berçeuse du chaos où le néant oscille,

Guerre, ô guerre occupée au choc des escadrons,

Toute pleine du bruit furieux des clairons,

Ô buveuse de sang, qui, farouche, flétrie,

Hideuse, entraîne l’homme en cette ivrognerie...

Folle immense, de vent et de foudre armée,

A quoi sers-tu, géante, à quoi sers-tu fumée,

Si tes écroulements reconstruisent le mal,

Si pour le bestial tu chasses l’animal,

Si tu ne sais, dans l’ombre où ton hasard se vautre,

Défaire un empereur que pour en faire un autre.

(Victor Hugo, L’année terrible, 1872)

POEME 17 L’évadé (Boris Vian)

POEME 16 A tous les enfants (poème antimilitariste de Boris Vian)

POEME 15 La mère fait du tricot Le fils fait la guerre (Prévert)

POEME 14 Le lion de Waterloo (Victor Hugo, L’Année terrible)

J’allai voir le lion de Waterloo. Je vins

Jusqu’à la sombre plaine à travers les ravins...

J’arrivai jusqu’à lui, pas à pas m’approchant...

J’attendais une foudre et j’entendis un chant.

Une humble voix sortait de cette bouche énorme.

Dans cette espèce d’antre effroyable et difforme.

Un rouge-gorge était venu faire son nid ;

Le doux passant ailé que le printemps bénit,

Sans peur dans la mâchoire affreusement levée,

Entre ces dents d’airain avait mis sa couvée ;

Et l’oiseau gazouillait dans le lion pensif.

Le mont tragique était debout comme un récif

Dans la plaine jadis de tant de sang vermeille ;

Et comme je songeais, pâle et prêtant l’oreille,

Je sentis un esprit profond me visiter,

Et, peuples, je compris que j’entendais chanter

L’espoir dans ce qui fut le désespoir naguère,

Et la paix dans la gueule horrible de la guerre.

POEME 13 Déjà vous n’êtes plus qu’un mot d’or sur nos places (poème d’Aragon) Cliquez sur ce titre en bleu pour y accéder.

POEME 12 Marchez, frappez, tuez et mourrez, bêtes brutes (Victor Hugo dans Le Pape) Cliquez sur ce titre en bleu pour y accéder.

Textes contre la guerre 1 Les obus (extrait de : Les croix de bois, Roland Dorgelès)

Chansons contre la guerre : Le déserteur, Giroflée Girofla, Perlimpinpin, Imagine, Ne joue pas au soldat

POEME 11) Le cheval orphelin et la guerre (Texte "Histoire du cheval" de Jacques Prévert)

POEME 10

Maudis les corbeaux de malheur qui chantaient la guerre Extrait

... Un vieil homme pleure dans sa vigne.

Il avait deux gars. - Ils sont morts,

Morts à vingt ans et de la guerre

Plus de joie pour lui seul l’esseulé ...

*****

Vide le nid et ses petits tués

Pendant le temps qu’il répétait

Tous ces mots creux mais bien sonores :

Gloire, tenacité et autres fariboles.

*****

C’est ton tourment, ces mots impies

Que des bavards perchés au loin

T’avaient soufflés

C’est du poison dans ton vieux coeur.

*****

Tes gars sont morts ! - Pleure sur eux.

Pleure sur toi et plains leur mère

Et puis maudis... maudis... maudis

Les corbeaux de malheur qui chantaient la guerre.

Lucien Jacques (La pâque dans la grange)

POEME 9

Je voudrais voir les gens qui poussent à la guerre sur un champ de bataille (A. Ponsard 1814-1867)

*****

Je voudrais voir les gens qui poussent à la guerre,

Sur un champ de bataille, à l’heure où les corbeaux

Crèvent à coup de becs et mettent en lambeaux

Tous ces yeux et ces coeurs qui s’enflammaient naguère.

*****

Tandis que flotte au loin le drapeau triomphant,

Et que parmi ceux-là qui gisent dans la plaine,

Les doigts crispés, la bouche ouverte et sans haleine,

L’un reconnaît son frère et l’autre son enfant.

*****

Oh ! Je voudrais les voir, lorsque dans la mêlée

La gueule des canons crache à pleine volée,

Des paquets de mitraille au nez des combattants.

*****

Les voir tous ces gens-là prêcher leurs théories

Devant ces fronts troués, ces poitrines meurtries

D’où la mort a chassé des âmes de vingt ans.


POEME 8

Depuis six mille ans la guerre (Victor Hugo) Extraits

Les carnages, les victoires,

Voilà notre grand amour ;

Et les multitudes noires

Ont pour grelot le tambour.

*****

Notre bonheur est farouche ;

C’est de dire : Allons ! mourons !

Et c’est d’avoir à la bouche

La salive des clairons.

*****

L’acier luit, les bivouacs fument ;

Pâles, nous nous déchaînons ;

Les sombres âmes s’allument

Aux lumières des canons.

*****

Et cela pour des altesses

Qui, vous à peine enterrés,

Se feront des politesses

Pendant que vous pourrirez...

*****

Aucun peuple ne tolère

Qu’un autre vive à côté ;

Et l’on souffle la colère

Dans notre imbécillité.

*****

C’est un Russe ! Egorge, assomme.

Un Croate ! Feu roulant.

C’est juste. Pourquoi cet homme

Avait-il un habit blanc ?

*****

Celui-ci, je le supprime

Et m’en vais, le coeur serein,

Puisqu’il a commis le crime

De naître à droite du Rhin...

*****

On pourrait boire aux fontaines,

Prier dans l’ombre à genoux,

Aimer, songer sous les chênes ;

Tuer son frère est plus doux...

*****

Et l’aube est là sur la plaine !

Oh ! j’admire, en vérité,

Qu’on puisse avoir de la haine

Quand l’alouette a chanté.


POEME 7

Le cauchemar des deux mères

***** 1

J’ai vu, dans un rêve attristé,

Deux chaumières presque pareilles,

Et deux voix dans l’obscurité,

Plaintives, qui frappaient mes oreilles.

***** 2

Chaque maison était cachée

Dans un de ces vallons prospère

D’où la guerre avait arraché

Bien des enfants et bien des pères ...

***** 3

La neige posait lentement

Ses flocons sur les branches mortes ;

La bise au long gémissement

Pleurait par les fentes des portes.

***** 4

Les deux foyers se ressemblaient,

Et devant le feu des broussailles,

Deux mères, dont les doigts tremblaient

Songeaient aux lointaines batailles

***** 5

Leur esprit voyageait là-bas :

Point de lettre qui les rassure !

Quand les enfants sont au combat !

Pour les mères tout est blessure !

***** 6

L’une comme l’autre invoquaient le ciel

Priant dans sa langue ou la nôtre :

" Mein Kind ! mein Kind " O vie cruelle !

" Mon fils ! Mon fils " murmurait l’autre.

***** 7

Et j’entendais, au même instant,

Sur un affreux champ de carnage,

Contre la souffrance luttant,

Gémir deux enfants du même âge

***** 8

Les deux soldats se ressemblaient,

Mourant quand il fait bon vivre ;

Et leurs pauvres membres tremblaient,

Bleuis par la bise et le givre.

***** 9

Ils s’éteignaient dans un ravin,

En proie aux angoisses dernières ;

Leurs yeux suivaient de loin en vain

La longue file des civières.

***** 10

Etrange réveil du passé,

Qui précède l’adieu suprême,

Evoquant pour chaque blessé

La vision de ce qu’il aime ;

***** 11

Et ces deux âmes, à l’heure sacrée

Où la mort, en passant, vous touche

Jetaient l’appel désespéré !

Que les petits ont à la bouche

***** 12

Les yeux remplis de souvenirs

Une main sur la plaie grande ouverte

Comme s’ils sentaient le froid venir

Dans la grande plaine déserte :

***** 13

" Mutter !... Mutter ! ... ( Mère )

Komm doch bei mir ( Viens, près de moi ! ) :

" Maman !... Maman ! (Implorait l’autre enfant )

- Viens, je vais mourir !

Eugène Manuel 1823-1902)


Poème 6

Verbales chimères et tragiques dégoûts

*****

Il clame ce Tyrtée(1) aux insanglants lauriers

Que la mort nous est jeu facile

Qu’on rit, qu’on vibre d’aise aux chaleurs des charniers,

- Tu sais bien qu’il ment, ce fossile !...

*****

... Redis-lui le grand cri de tous ces morts sans nom

Qui, sourds aux verbales chimères,

N’évoquaient, ô Patrie, ô fureur du canon

Que le pauvre front des mères

*****

... Dis-lui que nous fûmes grands, peut-être ; mais dis bien

Que nous étions sans voix et pâles

Lorsque le vent hurlait à la mort, comme un chien

Et que nous avions peur des râles.

*****

Et qu’il nous descendait de tragiques dégoûts

Au fond de l’âme haletante

A voir porter, la nuit, vers de sommaires trous,

Des morts dans leur toile de tente...

*****

Alexis Danan ( 7 avril 1917)

Note 1 Grec de l’antiquité célèbre pour ses louanges à la guerre


Poème 5

Solitude

*****

...Cassé en angle obtus à peine,

En ses habits d’une autre mode,

Un paysan claudique au lond des labours verts

*****

Les blés sont beaux.

Ils promettent d’user, aux prochaines moissons

L’ardeur des moissonneurs

Et le tranchant des faulx.

*****

Mais ni l’espoir des gains futurs

Et ni la splendeur de l’automne

Ne font fluer la joie

Au coeur du vieux semeur.

*****

Il se penche vers tous les automnes passés

Lorsqu’il allait, robuste encore, par les sentes

Avec, auprès du sien, le pas lourd de son fils.

*****

Leur bonheur était simple en leur humble maison

Où ne vibrera plus le chant grave du garçon

Que la guerre a couché dans les terres étrangères.

*****

- Et le vieillard cassé pleure, solitaire...


Poème 4 Les Martyrs

*****

Vous qui dites : "Mourir, c’est le sort le plus beau"

Et qui, sans le connaître exaltez le tombeau,

Venez voir de plus près, dans ses affres fidèle,

Cette mort du soldat qui vous semble si belle.

*****

Vingt hommes à la file, au fond d’une tranchée,

Coltineurs d’explosifs sur leur tête penchée.

Tout à coup, c’est la mort qui passe : un tremblement,

Un souffle rauque, un jet de flamme. En un moment

Les soldats ont fondu dans la rouge fumée,

Et la terre en sautant sur eux s’est refermée.

Quand le brouillard puant s’est enfin dégagé,

Le néant : aux débris du boyau mélangés

Des parcelles de chair et des bouts de capote,

Un bras nu, une main crispée sur une motte,

Des cheveux arrachés, de la boue et du sang.

On retrouverait d’eux, en les réunissant,

Morceau de chair salie, de cervelle ou de moëlle

De quoi remplir à peine une moitié de toile.

*****

Et cet autre ? Le soir, de veille à son créneau,

Il s’est laissé surprendre au moment d’un assaut

Par les lance-flamme d’une attaque hardie.

Echevelé de pourpre et vivant incendie

Il court, mais de ses mains qui flambent peu à peu

Cherche en vain d’arracher ses vêtements en feu.

Il se tord comme un fer rouge dans une forge ;

Des cris terrifiants rissolent dans sa gorge

Qui vont épouvanter les veilleurs dans la nuit.

Il court sans savoir où, mais son bûcher le suit.

La flamme, plus puissante, enfin, qui le terrasse,

Jette sur le sol cuit la flambante carcasse.

Une étouffante odeur monte, de cuir grillé.

Ce n’est plus qu’un débris tout recroquevillé.

Et ce qui fut un homme à la pensée divine

En rougeoyants charbons lentement se calcine,

Laissant, en souvenir de son destin fatal,

Un tas de cendre où luit un fragment de métal.

*****

Et les autres, les millions d’autres, le dirai-je ?

A quoi bon évoquer leur funèbre cortège,

Et leur face tendue, et leurs gestes déments,

Les hommes aplatis sous les effondrements,

Les enterrés tout vifs dans les abris qui croulent,

Les fantassins fauchés par les balles en houle,

Les asphyxiés, les écrasés, les massacrés,

Les malades crachant leurs poumons déchirés,

Spectres dont le bacille épuise la poitrine,

Ceux qui mettent des mois à mourir dans leur ruine.

A quoi bon ! Ils sont trop, on ne les connaît plus.

Un monument, les mots exaltant leurs vertus,

Des fleurs et des drapeaux joyeux ! O morts de France,

N’est-ce pas qu’il ne faut qu’un douloureux silence,

A ceux dont la jeunesse a peuplé les tombeaux ?

Que le sort des martyrs n’est pas tellement beau ?...

Henry Jacques

La symphonie héroïque


Poème 3

Le défilé

*****

...Le régiment défile, et l’enfant s’extasie,

Craintif, et se tenant à la jupe saisie

De sa mère, il admire, avide et stupéfait,

Et tremble. Tout à coup, celle-ci, qui rêvait,

Le regarde, et soudain elle devient peureuse.

La pauvre femme, qui naguère était heureuse

Que pour son fils ce beau régiment paradât,

Craint maintenant qu’il veuille un jour être soldat ;

Et même, bien avant que ce soupçon s’achève,

Son esprit a conçu l’épouvantable rêve

D’un noir champ de bataille où, dans les blés versés,

Sous la lune sinistre, on voit quelques blessés

Qui, mouillés par le sang et la rosée amère,

Se traînent sur leurs mains en appelant leur mère,

Puis qui s’accoudent, puis qui retombent enfin ;

Et, seuls debout alors, des chevaux ayant faim

Qui, baissant vers le sol leurs longs museaux avides,

Broutent le gazon noir entre les morts livides !...

F. Coppée


POEME 2

Petit, lorsque tu seras grand

*****

Petit, lorsque tu seras grand,

On te dira d’aller te battre,

Et l’on te montrera du doigt

Ceux-là qu’il s’agit d’abattre.

*****

On te dira : c’est l’ennemi.

Sus à lui, petit, meurs ou tue,

Eventre-moi cet habit gris

Contre lequel tu t’évertues ;

*****

Et toi tu marcheras, bardé,

Sanglé, parqué, numéroté,

Vivant la tragique aventure

*****

Sans comprendre, enfoui dans la nuit,

Dans la misère et dans le bruit,

Noyé dans la boue et l’ordure,

*****

Jusqu’à ce qu’un morceau de fer

Fasse un pauvre tas de sa chair

Et la disperse en pourriture.

Henensal, instit à Roscoff, 1933


POEME 1

Le dormeur du Val - (Arthur Rimbaud 1854-1891)

C’est un trou de verdure où chante une rivière

Accrochant follement aux herbes des haillons

D’argent ; où le soleil de la montagne fière,

Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

*****

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,

Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,

Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

*****

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme

Sourirait un enfant malade, il fait un somme :

Nature, berce-le chaudement : il a froid.

*****

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;

Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

(Poésies souvenirs)



Signatures: 0

Forum

Date Nom Message