Groupes d’appui de la France insoumise : la force tranquille de l’Ère du Peuple

lundi 5 février 2018.
 

Du temps court et du temps long.

Dans son article "Comment porter l’avenir des idées communistes en 2017" (article ici) Francis Parny, PCF, fait une remarque fort juste sur les groupes d’appui :

"De plus en plus de communistes et d’anciens communistes se regroupent, créent parfois des groupes d’appuis « jlm 1017 ». Ces groupes sont largement ouverts à toutes et tous. Personne ne les « pilote ». Mais ils constituent une nouvelle façon de faire de la politique, sans tutelle, et dans un cadre général dont ils contribueront à l’organisation."

Ces groupes d’appui se sont constitués à partir d’une situation concrète relativement simple et compréhensible par tout le monde : porter une campagne présidentielle et législative. Cela constitue un objectif concret et donc mobilisateur pour un grand nombre de militants, sachant naturellement, qu’il ne s’agit pas simplement de défendre une personnalité mais un programme de transformation sociale.

En outre :

– le programme et même plus – le projet de société nouvelle – porté par Jean-Luc Mélenchon va au-delà d’une simple échéance électorale

– et la structure organisationnelle locale et nationale des groupes d’appui , forte de sa charte (voirici) , peut très bien être pérenne et survivre aux élections (contrairement à tous ces sites de circonstance du Front de gauche qui se sont éteints avec les élections).

Mais on ne peut prétendre changer la société en arrivant à vaincre l’hégémonie économique et idéologique de l’oligarchie capitaliste etde ses agents , sans un travail militant colossal pour élever considérablement le niveau de conscience politique de nos concitoyens.

Et ce n’est pas par quelques manifestations et grèves (illusions activistes) et petites victoires électorales à 51 % (illusions électoralistes) qu’un tel changement radical, social et politique est possible.

Or, les groupes d’appui constituent un outil organisationnel démocratique, efficace et cohérent pour mener à bien ce travail militant d’éducation populaire, de conscientisation politique.

Les prochaines élections doivent être, non pas pensées comme des buts ultimes, mais comme une simple étape d’un travail politique de plus longue durée en vue d’une prise de pouvoir démocratique soutenue et conduite par la grande masse des classes populaires et plus généralement des salariés.

L’ampleur des changements économiques, sociaux, culturels et politiques contenus dans le projet en cours de construction ne peut être réalisable dans un pays comme le nôtre et le contexte international, sans un appui populaire massif et de haut niveau de conscience politique.

Le caractère novateur des groupes d’appui est de concilier l’horizontalité des interactions entre acteurs du mouvement social et la verticalité coordinatrice permettant de focaliser les énergies en évitant une dispersion mortifère. La force propulsive de l’organisation résulte de la place donnée à l’initiative imaginative des citoyens et à l’intelligence collective.

La charte a le mérite de la précision, de la simplicité et de l’opérationnalité. Les groupes d’appui ont donc une double temporalité  : le temps court de l’échéance électorale à résultat incertain, le temps long de la certitude d’une prise de pouvoir durable par un peuple conscient, organisé et capable de se gouverner lui-même dans l’intérêt général humain, bref, pour ouvrir une nouvelle ère : l’Ère du Peuple !

Hervé Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message