Quoi de neuf à gauche du PS ? Importance de la bataille médiatique

jeudi 31 mai 2018.
 

Message de forum en réponse à l’article Quelque chose de nouveau est-il en train de naître à gauche  ?

19 novembre 2014

Non rien n’a changé d’une manière significative à gauche du PS.

Le problème n’est pas d’avoir un programme de gouvernement et un projet de société, n’est pas dans la capacité d’organiser certaines actions, mais dans la capacité de faire connaître et comprendre au plus grand nombre ces idées et ces actions.

La seule bataille politique qui vaille actuellement est la bataille médiatique.

Tout est fait pour dénigrer et marginaliser notamment par le silence les projets et les actions organisées par le Front De Gauche et toutes les associations de gauche.

Dernier exemple en date : les manifestations du 15 novembre n’ont fait l’objet d’aucun compte rendu significatif sur les chaînes de télévision publiques et privées.

15 secondes au JT de 20 heures sur France 2, Quelques secondes sur deux chaînes régionales de France 3.

La petite manifestation pro barrage à Albi réunissant 10 fois moins de personnes que celle de Paris a été couverte. Le journal du soir d’Arte a préféré parler de la manifestation d’extrême droite à Hanovre plutôt que celle de Paris. Un comble !

Mais le compte rendu médiatique de ces manifestations mériterait à lui seul un travail collectif conséquent. Ce sont pas moins de 95 organisations qui sont ici méprisées, piétinées, Et encore une fois de plus sans aucune réponse, sans aucune réplique, sans aucune analyse de ces organisations ?

Ces organisations disposent des forces militantes numériquement suffisantes (plusieurs dizaines de milliers) pour neutraliser complètement le système médiatique et exiger que leur voix soit entendue et comprise.

Il ne s’agit pas ici d’avoir recours à des méthodes violentes ou illégales mais de créer des observatoires d’analyse des informations diffusées par les médias en relevant leurs actions de censure, de manipulation, de créer des comités d’action d’interventions médiatiques pour protester massivement auprès des directions journalistiques. (E-mail, twits, téléphone, courrier).

Rendre public massivement sur Internet et une myriade de blogs le comportement totalitaire de ces médias qui font tout pour écraser l’expression libre de ceux et celles qui veulent transformer pacifiquement et humainement la société. La distribution classique de tracts sur les marchés, en porte-à-porte, à la sortie des gares, des établissements scolaires pour expliquer et dénoncer ce matraquage médiatique (qui peut-être subtil) n’est pas non plus à négliger. Ce type d’action classique peut être connecté à des explications plus détaillées sur des sites Internet.

Ce n’est pas avec les quelques invitations de responsables du FdG qui ne disposent, en général, que de 10 à 20 pour cent du temps qui leur est imparti pour exposer leurs idées, dans des conditions où tout est fait pour affaiblir leur efficacité, que leur audience électorale réelle peut progresser, comme le montre d’ailleurs l’expérience passée. Les représentants de l’UMP PS disposent d’un temps infiniment plus important.

Il n’y a pas que l’Autre gauche qui est l’objet de cette discrimination totalitaire mais tout un ensemble d’associations et d’universitaires. L’urgence est là : il faut que tous ces gens s’unissent pour faire sauter le cadenas médiatique qui les isole de la population.

Mais encore faut-il, au lieu de travailler chacun dans son coin, qu’elles s’organisent en réseau au moins pour se faire entendre et comprendre du grand public et non pas d’un cercle restreint de convaincus.

Tant que cela ne sera pas fait, il n’y aura rien de nouveau à gauche sinon la croyance en des illusions.

Cette absence de conscience stratégique de l’enjeu médiatique par les responsables de l’Autre gauche peut permettre au Front National d’arriver au pouvoir.

Debonrivage


Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message